Régions

Aménagement L’année 2008, an 01 de l’agglomération transfrontalière Sarre-Moselle Est

Mots clés : Aménagement du territoire - Collectivités locales

Sa gestation fut longue, son nom reste à trouver et sa maturité demandera plusieurs décennies. Mais la métropole Sarre-Moselle Est a bel et bien vu le jour, et 2008 constitue l’année tant attendue de ses premières réalisations. D’ici à mars, la mission opérationnelle transfrontalière proposera un nouveau statut à l’association Zukunft – Sarre-Moselle Avenir. Transformée en syndicat mixte, la structure, qui regroupe depuis dix ans une trentaine de cadres territoriaux de part et d’autre de la frontière, pourra s’ériger en maître d’ouvrage d’un futur Eurodistrict transfrontalier. Naguère utopique, le projet de conurbation urbaine d’un million d’habitants englobant une centaine de communes et d’intercommunalités autour de Sarrebruck, Forbach, Sarreguemines et Creutzwald, dispose aujourd’hui d’un budget, de soutiens institutionnels et d’objectifs précis. Mi-2007, le contrat de projet Etat-région a doté le projet métropolitain de 13 millions d’euros pour financer des études et concrétiser ses priorités – l’organisation des secours transfrontaliers, la création d’une formation bilingue en droit et la réalisation de tronçons cyclables. Sur ce même espace, le groupement d’intérêt public Interreg-III, doté d’un budget de 26 millions d’euros, financera la constitution d’une nouvelle gouvernance ainsi qu’une vingtaine de projets fédérateurs dont des liaisons routières, des jardins sans frontière, et des programmes d’assainissement transfrontaliers et de renaturation des cours d’eau.

Leitbild, une vision pour 2025

L’acte de naissance de ce nouvel espace remonte à 2002, lors de la publication d’une magistrale étude de préfiguration réalisée par l’équipe franco-germano-suisse Urbanis/Degermann/Wirz sous maîtrise d’ouvrage de l’Etablissement public foncier de Lorraine. « Ce travail remarquable a permis de faire sortir les collectivités d’une logique de rivalité pour les inscrire dans un même espace polycentrique et multipolaire, tout en fixant de grands principes communs », rappelle Roland Roth, président de la communauté d’agglomération Sarreguemines Confluences. La Casc assure la coordination administrative du projet métropolitain, tandis que le Stadtverband (district) de Sarrebruck élabore le « Leitbild », schéma de développement transfrontalier à l’horizon 2025. Dans cette perspective, Sarrebruck, forte de ses atouts technologiques et universitaires, constitue le point d’ancrage de la future métropole. De part et d’autre de la Sarre, cités minières, communes résidentielles, anciennes capitales de la faïence ou de la forge, villages forestiers ou champêtres de la vallée du Warndt composent une mosaïque de territoires naturels et urbains sans équivalent en Europe.

Quête d’image

L’agglomération compte également des sites culturels majeurs dont les anciennes aciéries de Völklingen, inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco et reconverties en espace d’expositions et de concerts, le carreau Wendel de Petite-Rosselle, qui abrite désormais un musée de la Mine, et le parc archéologique européen de Bliesbruck-Reinheim.

Né d’une volonté politique constante, le nouvel espace reste à la recherche d’une image et de la reconnaissance de sa propre population. Le groupement de bureaux d’études franco-allemand HDW (Sarrebruck) et Adit (Strasbourg) compte associer la population de l’espace Sarre-Moselle Est au choix d’un logo, dans lequel devront se reconnaître un million d’habitants.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Trois démarches pour un même espace

Deux schémas de cohérence territoriale (Scot) et une démarche métropolitaine convergent autour de Sarrebruck. Pour élaborer le Scot du bassin houiller sous maîtrise d’ouvrage du syndicat mixte de cohérence du Val de Rosselle, le cabinet La Ville Demain a constitué une équipe regroupant l’urbaniste bâlois Hans Wirz, l’architecte Jean-Jacques Lyon-Caen, Alfred Peter Paysagiste (Strasbourg), le Cete de l’Est (Metz) et l’Ineris. La communauté d’agglomération Sarreguemines-Confluences doit lancer son Scot début 2008.

Deux autres demarches contribuent à la création du nouvel espace : l’Eurodistrict, porté par le syndicat mixte qui relaierai Zukunft Sarre-Moselle Avenir, et le projet de coopération métropolitaine soutenu par le contrat de projet Etat-région lorraine.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X