Réalisations

Agence Bruther Centre culturel et sportif Paris, XXe

Mots clés : Architecte - Manifestations culturelles - Salles d'audition, de conférences, de réunion, spectacles ou à usages multiples - Sport

Sous ses airs bricolés, cet équipement est en fait la subtile expression de la rigueur constructive d’architectes qui ont conscience du potentiel évocateur de la matière.

Il y a d’abord son volume compact, tout en transparence, dénotant dans l’arène résidentielle opaque et monochrome des années 1970-80 qui l’accueille. Puis, l’écho farceur qu’offrent ses façades délicatement courbées à ce contexte tristounet. Le balcon rudimentaire, étrange, qui gaine l’ensemble. Enfin, il y a les voûtes de sa toiture, dont le profil teinté de vintage industriel suggère un fonctionnalisme attentionné de la part des concepteurs, en même temps qu’il trahit un plaisir certain pour le dessin. Le nouveau centre culturel et sportif du quartier Saint-Blaise casse les repères – on ne sait plus ce qui relève de la structure ou du décor – dans un imbroglio de formes et de matières qui déstabilise l’observateur.

Premier équipement public livré par Stéphanie Bru et Alexandre Theriot, il fait la démonstration de leurs préoccupations architecturales : la transparence suggère la générosité et l’attractivité qui doivent caractériser ce type de programme ; la structure poteaux-poutres béton périphérique garantie la flexibilité des intérieurs, donc la durabilité de la construction ; la composition linéaire de la façade exprime la superposition des programmes, des ambiances, des climats. Le rez-de-chaussée – qui regroupe l’accueil, la maison des adolescents et un coin exposition – est ceint d’une façade-rideau en vitrage clair qui brouille les frontières avec l’espace public. À l’étage, la salle d’arts plastiques, plus intime, est enveloppée de vitrage texturé opaque tandis qu’au-dessus, la salle de sports, dédiée aux arts du cirque, s’ouvre de nouveau sur le contexte, offrant les grands ensembles postmodernes en...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 239 du 11/02/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X