Management et prévention

Afficher son entreprise sur Internet avec un minisite

Mots clés : Entreprise du BTP - Informatique - Maison individuelle - Télécommunications

Peu d’entreprises du BTP disposent encore d’un site Web. Or de plus en plus de Français utilisent Internet au quotidien, notamment pour rechercher un professionnel. Panorama des solutions permettant d’ouvrir facilement une petite vitrine sur la toile.

S’afficher sur Internet rebute depuis longtemps les entrepreneurs du BTP. D’après une enquête de BNP Paribas lease group, seulement 37 % des petites et moyennes entreprises du BTP disposent d’un site Internet, alors que la moyenne française, tous secteurs confondus, dépasse les 50 %. Pour justifier ce retard, les arguments avancés jusqu’à présent sont connus et récurrents : « Concevoir un site coûte trop cher », « Nous n’avons rien à vendre »… Pour Sabine Basili, administratrice confédérale à la Capeb en charge du groupe informatique, les temps changent : « Depuis trois ans, les artisans ont énormément évolué en termes de connexions et d’usages Internet. Toutefois, ils n’ont pas encore sauté le pas qui vise à faire connaître leur société, leurs qualifications et leur savoir-faire sur le Net. »

Le témoignage de Gilles Duc, P-DG de SPLC, pourrait pourtant convaincre les plus réticents. Sa société de 70 salariés, spécialisée dans la construction de maisons individuelles et située en Savoie, s’est lancée sur Internet en 1999 avec un minisite de deux pages, conçu par les PagesJaunes. Résultat : « Nous construisons chaque année une centaine de pavillons. J’estime qu’au moins 6 % de ces contrats ont été initiés par notre site Internet! » Ce dernier (www.maisons74.com) compte à peine quelques pages, mais elles sont parcourues, en moyenne, par 350 visiteurs chaque mois. Un nombre suffisant pour Gilles Duc qui souligne que le Web lui permet de « toucher plus directement des prospects français ou suisses, appartenant aux classes socioprofessionnelles supérieures et pouvant acquérir un terrain dans une zone frontalière, où le foncier se négocie chèrement ». Bien sûr, avant d’atteindre une telle finesse de contacts, le P-DG a fait évoluer plusieurs fois son minisite, mais il le considère maintenant comme un vecteur de communication indispensable.

Confier la réalisation à un tiers

Il existe deux manières de créer un minisite : recourir aux services de spécialistes de la création (« Web Agency ») et de la publication de sites ou le créer soi-même. La première solution est faite pour l’entrepreneur du bâtiment qui ne souhaite pas plonger les mains dans le « cambouis informatique ». « Outre l’aide indispensable au référencement du site, le rôle d’une ..Web Agency » est d’aider le dirigeant à inscrire la création d’un site dans une stratégie globale de communication, affirme Pascal Jacob, directeur de Microsit Welcom (éditeur de sites et du portail le-bois.com). Il ne s’agit pas de copier son voisin et d’ouvrir un site parce que le concurrent l’a fait. Son apparence, son contenu doivent être réfléchis et sa cible bien identifiée. »

Si l’entrepreneur manque de visibilité, une équipe de professionnels, informaticiens, graphistes et rédacteurs, le prend véritablement par la main. Marina Barreau, directrice marketing de l’activité sites chez PagesJaunes, premier générateur de sites pour le BTP (dont 90 % qui ne dépassent pas cinq pages), explique la procédure. « Nous invitons l’artisan à nous parler de son métier, de ses clients mais aussi des couleurs qu’il aime. Nous réunissons toutes ces composantes dans une grille de découverte qui sert de base à la création du site. » Pour 810 euros (forfait auquel il faut ajouter les coûts mensuels d’hébergement et de services), l’entreprise bénéficie d’une petite vitrine de deux pages sur Internet. L’entrepreneur peut ensuite accentuer la personnalisation du site en ajoutant des fonctionnalités vendues en plus : panorama photographique à 360°, sonorisation des pages, traduction du site ou, depuis peu, une option de rappel automatique (l’Internaute fixe un rendez-vous pour être rappelé par téléphone)… Bref autant de surcoûts qui agacent parfois les entrepreneurs comme Christian Rampnoux (lire ci-dessous) : « Ces agences abusent parfois de l’innocence des artisans. Elles créent souvent des sites très ressemblants et à des tarifs astronomiques ! »

Assurer soi-même la création

Pour éviter ces « pièges commerciaux », il est possible de s’appuyer sur d’autres solutions ; celles, par exemple, mises en oeuvre par les organisations professionnelles. En association avec le Centre technique de l’artisanat (CTAI), la Capeb propose une formule totalement gratuite : elle forme ses adhérents au rudiment d’Internet, avant de leur confier un CD-Rom générateur de site. « L’artisan choisit une matrice de pages véritablement adaptée à ses attentes, puis personnalise la forme et le contenu du site. Celui-ci peut être hébergé gratuitement chez nous et dans tous les cas, il est automatiquement référencé sur notre annuaire électronique artisans-du-batiment.com », résume la confédération.

Un ultime moyen est de construire son site seul, grâce à des logiciels dédiés. Willy Joly et Olivier Lahote, jeunes fraîchement diplômés de l’école d’architecture de Lille, ont choisi ce moyen pour exposer leur savoir-faire. Pour 12 euros par an et un peu de temps, ils ont mis en ligne leurs projets d’ateliers et travaux personnels de fin d’étude (TPFE). Leur minisite sert aujourd’hui de portfolio interactif, dont ils laissent volontiers l’adresse (www.villeavendre.org) dans leur quête de collaboration.

Qu’est ce qu’un minisite ?

Un « minisite » est soit un site temporaire (qui dure le temps d’un salon ou d’une promotion), soit un site permanent comprenant de 1 à 5 pages. L’ajout de pages supplémentaires lui ôte sa qualification mini, il devient alors un « site d’affaires ».

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Faire de ses «pages perso» une carte de visite

Roland Gault, architecte DPLG sur Bordeaux.

« En souscrivant en octobre dernier un forfait Internet à très haut débit, mon fournisseur (Free) m’a donné la possibilité d’héberger jusqu’à 100 Mo de données. J’ai saisi l’opportunité de disposer de cet espace libre dédié aux pages personnelles pour me constituer une carte de visite professionnelle. L’exercice m’a semblé d’autant plus important qu’il me donne une expérience informatique supplémentaire. Or, la maîtrise de l’outil informatique devient aujourd’hui primordiale pour tout architecte. Disposant d’un budget réduit, j’ai récupéré une version d’évaluation gratuite du logiciel Dreamweaver (Macromedia) sur le site telecharger.com. La phase de réalisation du minisite ne présente pas beaucoup de difficultés : il suffit de ..copier/coller » les projets réalisés à l’aide d’un logiciel de conception ou d’impression : AutoCAD, 3Dmax, Photoshop… En revanche, il est indispensable de réfléchir au contenu avant de se lancer : mon site doit retranscrire avec justesse ma personnalité et ma manière de voir l’architecture. »

ENCADRE

Un investissement rentabilisé

Serge Staels, gérant de la société Cibel Piscines

« J’ai ouvert un site par le biais des PagesJaunes peu après avoir créé ma société, en mai 2000. A l’époque, je ne disposais pas de plaquette commerciale et j’invitais mes prospects à consulter ma documentation mise en ligne sur le Net. Depuis, mon site accueille en moyenne 180 visiteurs par mois. J’estime que tous mes clients l’ont visité au moins une fois avant la signature, afin de conforter leur choix. Le site me coûte 60 euros chaque mois, en plus des 230 euros pour sa conception. Je ne regrette pas cet investissement ; il a été largement rentabilisé par une vente directe. Aujourd’hui, je multiplie les sources de communication, car si un minisite permet de lancer une société à moindre frais, il ne suffit pas à son développement. La preuve : tous les internautes me contactant par e-mail me demandent de leur adresser une documentation par voie postale ! »

ENCADRE

Etre tout simplement présent sur internet

Christian Rampnoux, associé de la société de fait de peinture Arc-en-ciel 47.

« Quelques heures m’ont suffi pour réaliser mon minisite avec la version d’évaluation d’un logiciel de conception. La manoeuvre n’a pas été plus compliquée que de créer un modèle de document sur Word. Le site est opérationnel depuis près de cinq ans et reçoit en moyenne soixante visiteurs par semaine. Ouvrir une vitrine sur Internet me semble une démarche intéressante, même si je la modère un peu. J’estime qu’une entreprise qui vend un travail et de la main-d’oeuvre doit utiliser des outils commerciaux plus pertinents. Les milliers de visiteurs internautes ont surtout engendré des demandes de nuanciers et à peine une poignée de contacts utiles. Au final, je n’attribue à mon site que trois rendez-vous !

Et la traduction anglaise, que je pensais intéressante pour une clientèle britannique attirée par le Lot-et-Garonne, n’a rien changé… Reste que mettre en ligne seul son site ne coûte que 150 euros par an : nous sommes loin des prestations inutiles et exorbitantes parfois proposées aux artisans. »

ENCADRE

Des outils pour créer seul son site

« WEB STUDIO ». Avec ce logiciel, quelques heures suffisent pour créer, éditer et publier son site seul ou en suivant un modèle. Nombreuses animations et effets graphiques personnalisent les maquettes et pages.

39,95 euros chez Micro Application. www.microapp.com

« CREER VOTRE SITE WEB » par Eric Charton. Ce livre boîte à outils donne, en 256 pages, toutes les clefs pour créer son site. La leçon s’applique ensuite grâce au logiciel « Namo Web Editor » (Wska) fourni en CD-Rom d’évaluation.

12,25 euros chez Campuspress.

www.campuspress.fr

« WEBCREATOR ARTISANS, COMMERCANTS & ASSOCIATIONS ». D’excellents modèles de sites dédiés aux entreprises du BTP (électricité, générale, plomberie…) sont fournis sur ce logiciel qui offre par ailleurs de nombreuses options : menus déroulants, gestion de formulaires, statistiques d’audience, etc. La visualisation instantanée du futur rendu du site est appréciable. 74 euros chez Mindscape Solution. www.mindscape.com

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X