Produits

Acteurs Adapter les traitements et recommandations

Constructeurs de chaudières, fabricants d’inhibiteurs de corrosion, entreprises spécialisées dans le désembouage, installateurs et exploitants de chauffage, travaillent ensemble à la préconisation de traitements d’eau mieux adaptés aux spécificités des systèmes de chauffage modernes.

Les circuits fermés de chauffage sont exposés à des problèmes d’entartrage, mais surtout de corrosion, de développement bactérien et de gaz dissous. Des phénomènes qui peuvent produire des boues rouges ou vertes, avec parfois des nuisances sonores.

La corrosion par réaction électrochimique est particulièrement sensible lorsque les réseaux additionnent des métaux différents. Les dégradations peuvent être accélérées par des facteurs tels que la conductivité inhérente aux charges minérales en suspension, la présence de chlorures ou sulfates, les apports d’oxygène résultant de défauts d’étanchéité à l’air ou de fuites compensées par des ajouts d’eau trop fréquents. Il faut également se garder des excès de traitement, et contrôler notamment les concentrations en phosphates ou sulfites.

Dans ce contexte, le pH sert d’indicateur. Les réseaux les plus courants associent acier noir ou inoxydable, fonte, matériaux de synthèse, cuivre, bronze et laiton. Les traiteurs d’eau recommandent alors des valeurs de pH comprises entre 9 et 11,5. Par contre, en présence d’aluminium, le pH doit être cantonné dans une fourchette allant de 6 à 8,5. Se pose alors clairement la question des nouvelles chaudières à condensation qui font justement appel à ce matériau…

« Nous avons engagé une réflexion et concertation au début de l’été 2008 », indique Bernard Asfaux, directeur technique du GFCC, organisation professionnelle qui réunit les principaux acteurs industriels du chauffage à eau chaude. Un groupe de travail s’est aussitôt constitué, avec la participation de représentants des exploitants et installateurs, du CSTB, ainsi que du Syprodeau, syndicat réunissant des fabricants de produits chimiques pour le traitement d’eau. A terme, il est prévu d’intégrer de nouvelles recommandations (1) dans les futures normes relatives aux installations de chauffage, à commencer par le prochain DTU 65-17 en cours de rédaction.

Des protections...

Vous lisez un article de la revue Journal du chauffage n° 157 du 01/12/2008
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X