Technique et chantier

Acier Les bonnes recettes d’Usinor

Mots clés : Acier

-Le sidérurgiste a réalisé 6 milliards de francs de chiffre d’affaires dans la construction l’an dernier.

Le sidérurgiste français Usinor reste relativement atypique parmi ses homologues européens : il est l’un des seuls à s’être doté en 1990 d’une direction responsable du développement de l’acier dans la construction. Le groupe s’est parallèlement recentré sur les produits à forte valeur ajoutée délaissant notamment les aciers à béton, certains produits longs comme les poutrelles.

Aujourd’hui, ce sont principalement trois filiales du groupe qui fabriquent des produits à destination du BTP : Sollac (produits plats, façades, enveloppes, second-oeuvre, tubes) ; Ugine (toitures, décoration) et Aster (câbles, boulonnerie, vis, fils). Sollac tient la tête du peloton. Sur un chiffre d’affaires total de 71 milliards de francs en 1996, le sidérurgiste réalise 6 milliards dans la construction, dont 3 milliards en France. Il estime détenir dans l’Hexagone environ 35 % de part du marché de l’acier à destination du BTP et de 12 % à 13 % à l’échelle européenne. Si le bâtiment agricole est le premier marché de l’acier – et un marché en progression en France -, le matériau a également progressé entre 1992 et 1995 dans les autres types de construction, selon les indicateurs du sidérurgiste.

Usinor se concentre sur les produits à valeur ajoutée. Le groupe travaille tout particulièrement sur des produits de façade et l’état de surface de ces revêtements. Ainsi, après avoir développé des peintures particulièrement résistantes, et notamment au pliage, le groupe cherche à renforcer leur dureté.

« Dans les six mois à venir, une ligne expérimentale permettra de couvrir l’acier peint d’un film organique transparent qui améliorera nettement la résistance à la rayure des peintures», annonce Germain Sanz, responsable recherche et développement. « Ce film pourra même être imprimé. » « Aux architectes d’imaginer les utilisations d’une telle technique », ajoute Pierre Bourrier, directeur du développement BTP.

De plus en plus, le groupe réalise la promotion de systèmes constructifs. C’est le cas notamment de la maison Styltech à ossature en acier, conçue en partenariat avec BPB France. Parallèlement, Usinor s’attache à introduire la notion plus favorable à l’acier de « courbe d’incendie naturel » dans le calcul des structures.

Par ailleurs, « la France reste le seul pays d’Europe, avec la Tchéquie, où il ne se construit pas de parkings aériens », déplore Pierre Bourrier, selon une réglementation qui dépend du ministère de l’Environnement

Qui fournit l’acier de construction en France?*

Usinor : 35 %.

Cockerill (Belgique) : 20 %.

NSI et Aristrain (Espagne) : 15 %.

Arbed (Suisse) : 10 %.

* Estimations Usinor, toutes catégories d’acier confondues

TABLEAU : LES CONSTRUCTEURS FRANCAIS BOUDENT L’ACIER La France, avec la Grande-Bretagne, consomme relativement peu d’acier de construction par habitant, et en particulier peu d’acier à béton. Cette tendance s’expliquerait, en partie, par un calcul au plus juste des structures, là où nos voisins Allemands prennent de plus grandes marges.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X