Régions

Achères Seine Aval : « On est passé à côté du débat », estime le syndicat d’assainissement

Mots clés : Eau

Le débat public sur la refonte de la station d’épuration Seine Aval à Achères s’est achevé fin décembre. S’il a suscité de l’intérêt (1), il est sorti des limites que le Siaap (Syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne), maître d’ouvrage, voulait lui fixer : élaborer un scénario consensuel pour mettre en conformité la station avec les exigences européennes. La capacité serait ramenée à 1,5 million de m3/j par temps sec avec un débit de 45 m3/s par temps de pluie contre 1,7 million m3/j depuis 2006 et la mise en service des usines d’épuration de Valenton 2 et des Grésillons (Triel-sur-Seine).

Dès la phase de préparation, les participants ont refusé de se cantonner à l’examen des trois projets (2) résultant du marché d’études de définition : « Nous avons rencontré 60 acteurs, représentatifs du public du futur débat, souligne Philippe Marzolf, président de la commission particulière du débat public (CPDP). Ils étaient méfiants, se plaignaient de promesses non tenues par le Siaap concernant la réduction des nuisances, souhaitaient que la capacité de la station soit plus réduite et les installations de traitement, déconcentrées. »

Plus de transparence. Les participants réclamaient plus de transparence dans la prise de décision, une meilleure gouvernance, un contrôle accru de l’Etat. Lors de la dernière réunion, Maurice Ouzoulias, président du Siaap, a estimé que « l’on était passé à côté du débat, que le lien entre les nuisances et la volumétrie était une fausse problématique et qu’il était possible de construire une usine à 1,5 million de m3 avec zéro nuisance ». Un consensus s’est cependant dégagé pour une refonte de la station (pas l’objet du débat), et des décisions ont été prises. Le sous-préfet de Saint-Germain-en-Laye, Rollon Mouchel-Blaisot, s’est engagé à ce que soit créée une CLICS (commission locale d’information, de concertation et de surveillance). Le Siaap lancera une étude épidémiologique en 2008 et la CPDP réclamera une étude globale d’impact. La CNDP remettra le compte rendu du débat au maître d’ouvrage au plus tard le 21 février.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
(1) 650 personnes ont participé aux réunions. (2) Projets présentés par trois groupements d’entreprises dont les mandataires étaient Degrémont SAS, OTV France et Stéreau
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X