Architecture

A la maison comme au bureau

Bien que complexe, la transformation d’espaces tertiaires en habitat offre d’intéressantes perspectives.

SPÉCIAL HLM

Là où le manque de logements est le plus criant, la transformation d’immeubles de bureaux vacants apparaît comme une solution séduisante.

François Hollande en fit la publicité en 2013, indiquant alors vouloir reconvertir 2,5 millions de mètres carrés. Dès son arrivée à la tête de la mairie de Paris en 2014, Anne Hidalgo annonçait, elle aussi, sa volonté de voir 200 000 m2 de bureaux devenir des habitations, surface portée depuis à 250 000 m2 à l’horizon 2020.

Si la volonté politique suffisait pour que pénurie de logements et surabondance de bureaux se compensent, l’Ile-de-France avec ses 3,5 millions de mètres carrés de bureaux vides serait un terrain de jeu idéal. Mais transformer des bâtiments tertiaires aux exigences bien différentes de celles de l’habitat n’est pas si simple. Les embûches techniques, réglementaires, juridiques et, parfois, urbaines rendent souvent ces opérations difficiles à réaliser. Sans compter le coût qui, entre l’achat de l’immeuble et sa rénovation, avoisine celui du neuf. En revanche, compte tenu de l’impact...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5941 du 22/09/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X