Régions Rennes

A Chantepie, Kermarrec ouvre une nouvelle ère

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Ouvrage d'art

23 672 logements ont été mis en chantier en Bretagne sur les 12 derniers mois, à fin juillet, soit une hausse de 21,9 %.

7 M€ de travaux financés par le conseil départemental de Loire-Atlantique sur les ponts de Thouaré-sur-Loire.

23 736 visiteurs pour l’exposition « InZeBois » proposée par Atlanbois au Bâtiment B, dans le cadre du Voyage à Nantes.

Un hectare et demi de terrain aux portes de Rennes, 255 appartements, 7 500 m2 de bureaux, une résidence seniors de 102 logements, trois villas urbaines, 27,7 M€ HT de travaux programmés… Avec l’opération Convergences, le promoteur rennais Kermarrec, en activité depuis 1988, va franchir un cap. « C’est un véritable quartier qui est en train de naître », explique Nolwenn Lam Kermarrec. Pour ce qui sera son « projet le plus important », la présidente de Kermarrec Promotion a souhaité, dès les premières discussions avec la mairie en 2012, créer de la vie et de la mixité par des commerces en pied d’immeuble et surtout une résidence seniors, qui sera coréalisée avec Ovelia (Vinci Immobilier. )

Une approche écoresponsable. La plupart des logements seront proposés en accession libre ou à prix maîtrisé, et 38 appartements seront vendus à Archipel Habitat pour de la location sociale. « Les différents programmes s’organisent autour d’un système hiérarchisé de voies, jardins, cours, placettes et sentes piétonnes », détaille Julien Veyron, architecte associé de l’atelier Arcau, choisi par Kermarrec. Pour protéger l’ensemble de l’îlot des nuisances sonores de la rocade, le bâtiment de bureaux s’élèvera en R + 6 avec attique, tandis que du côté opposé de la parcelle les villas urbaines feront le lien avec le tissu pavillonnaire existant.

Projet « manifeste » tant pour Kermarrec que pour l’atelier Arcau, cet îlot d’entrée de ville se distingue par son approche écoresponsable. Un réseau de chaleur autonome alimentera les cinq résidences, sur le principe d’une boucle d’eau chaude tempérée. « L’idée de départ était de mutualiser les différentes fonctions au sein de l’îlot, car nous avons des besoins différents selon les bâtiments », explique Nolwenn Lam Kermarrec. Réalisée avec EDF Optimal Solutions, cette boucle est la première en France à utiliser une centrale de cogénération utilisant des huiles de recyclage. « Cette solution nous permet d’avoir plus de 50 % d’énergie renouvelable et un agrément de titre V pour la RT », précise Denis Paing, directeur technique de Kermarrec. Elle permettra également de cogénérer une production électrique, qui pourra être employée dans les parties communes ou revendue.

L’apport du BIM. Le promoteur a fait le choix de réaliser ce projet en BIM de niveau 2, où chaque acteur est impliqué. Pour Guillaume Desormeaux, architecte chef de projet à l’atelier Arcau, « le BIM nous a clairement permis de tenir les délais lors du dépôt du permis de construire, car le projet est particulièrement important et complexe. Sur la résidence senior notamment, avec sa piscine couverte et sa cuisine collective, on limite fortement les aléas de chantier. » Quelques points restent toutefois à améliorer. Ainsi, le BIM a bien permis des gains de productivité sur les plans de vente, mais l’exploitation de la maquette numérique s’est avérée trop complexe et coûteuse pour les prestations de communication comme les images et films de synthèse.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X