[TO] Règles techniques Ouvrages fluviaux

43 kilomètres de digues surveillés par fibre optique

Mots clés : Electricité - Equipements électriques - Ouvrage d'art - Télécommunications

L’auscultation par fibre optique des ouvrages de retenue d’eau en remblais a franchi un cap, fin 2013, au bord du Rhin. Avec une canalisation de 43 km installée le long de deux biefs entre août et octobre au nord de Strasbourg, Voies navigables de France a réalisé la plus importante application hydraulique de cette approche de la maintenance préventive. L’enjeu explique le choix du site : au nord de l’Alsace, la pente du Rhin diminue et impose des ouvrages d’autant plus importants que l’exploitant ambitionne de prévenir les risques de crue jusqu’à un temps de retour de 75 000 ans, au lieu de 1 000 habituellement – le décret de 2007 sur la sécurité des ouvrages hydrauliques assimile ces digues à des barrages en raison de leur immersion permanente. Les désordres recherchés apparaissent soit en bas des talus, soit en haut, réduisant dans ce dernier cas leur performance pour les fortes montées des eaux.

Trancheuse et caisson spécialisé

La maîtrise d’œuvre et le groupement d’entreprises se sont appuyés d’une part sur le savoir-faire de l’industrie pétrolière, d’autre part sur les recherches menées par le centre d’ingénierie hydraulique d’EDF et l’Institut de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (Irstea, ex-Cemagref). Sous-traitant du groupement d’entreprises, le fabricant de câbles Acome a développé un produit capable de répondre à la précision demandée : un différentiel de température égal à 0,1 °C suffit à repérer une fuite, grâce à son impact sur la couleur des fibres optiques. Appelée passive, cette méthode de collecte diffère de l’option active développée par EDF sur son chantier expérimental de 5 km, le long du canal de la Durance, en 2011 à Curbans (Alpes-de-Haute-Provence) : dans ce cas-là, la transmission de l’information passait par l’émission de chaleur, ce qui en renforce le coût en énergie.
Le groupement d’entreprises a géolocalisé chaque pièce de l’ouvrage, afin que l’exploitant puisse repérer les fuites au mètre près. La pose a exigé un soin méticuleux, vu la fragilité des fibres. A côté de la technique classique du creusement à la pelle hydraulique et de l’enrobage dans un sable graveleux enveloppé dans un géotextile, une partie du chantier a occasionné une expérimentation : pose par trancheuse d’un caisson spécialisé contenant la fibre et son enrobage. Cette option apportée par l’entreprise Marais concilie la qualité et un rendement maximal de 2 km/jour, au lieu de 300 m. Connues avant le chantier, deux fuites bénignes, distantes de 4 m, ont permis de vérifier la concordance entre les informations issues des fibres et celles que transmettent les piézomètres. Grâce à des antennes GSM intégrées, ces derniers restent présents dans le nouveau dispositif préventif : ils transmettent des préalertes sur la montée des eaux. Le chantier alsacien ne clôt pas les recherches : « Le signal émis par les fibres pourrait apporter d’autres informations », estime Alain Cassard, directeur de projet de Safege, maître d’œuvre. Sans attendre cette nouvelle étape, l’essaimage de la technique commence : des chantiers s’annoncent le long du Rhin en aval de Kembs (Haut-Rhin), sur la Loire et le canal de la Marne-au-Rhin, dans le delta du Rhône… L’amortissement des investissements à venir pourrait reposer sur la diversification des utilisateurs : « Nous avons cette hypothèse en tête », confie Eric Schmitt, chef de l’unité territoriale Rhin à VNF.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Fiche technique

Maître d’ouvrage : Voies navigables de France. Maître d’œuvre : Safege (mandataire), Geophyconsult, EDFCih (sous-traitants). Entreprises : groupement Vinci-Cegelec-GTC-Kappelmeyer. Montant des travaux : 2,2 millions d’euros HT. Calendrier des travaux : 5 août-24 octobre 2013.

Vous êtes intéressé par le thème Règles techniques ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X