Régions Bordeaux Euratlantique

« 300 000 mètres carrés de surfaces en cours de négociation »

Quinze mois après la création de l’établissement public d’aménagement Bordeaux Euratlantique, son directeur général dévoile les nouvelles étapes : concours d’urbanisme, périmètres d’études, 300 000 m 2 de surfaces déjà en cours de négociation. Une des quatre opérations d’intérêt national hors Ile-de-France.

Où en sont vos deux grands projets d’urbanisme ?

Le premier projet, avec Bernard Reichen, porte sur le secteur central d’Euratlantique, autour de la gare et sur les deux rives. Il s’agit de rendre plus lisible, plus concret, ce secteur, autour d’une grande boucle de transport et d’espaces publics mélangés, où viennent s’intégrer logements et activités (voir « Le Moniteur » n° 5605 du 29 avril 2011, p. 81). Avec la ville et la CUB, il faudra revoir les transports en commun, la gestion des déchets et créer des parkings silos. Autre élément de poids : la nouvelle gare, élaborée par Gare et Connexion, avec Arep, qui s’intègre parfaitement avec le projet urbain : une deuxième gare côté Belcier, avec 1 900 places de parking en trois silos le long des voies ferrées. Elle sera terminée en 2017. Le second concours d’urbanisme « Garonne Eiffel » se déroule actuellement sur la rive droite, sur les deux villes de Bordeaux et Floirac. Nous avons retenu cinq équipes : TKV, Secchi et Vigano, Dominique Perrault, 51N4E, et Matéoarquitectura. Elles vont rendre leur copie à la mi-octobre et le jury désignera le lauréat courant décembre.

Comment allez-vous travailler avec les deux programmes portés par la Ville (PNRQAD) et la CUB (50 000 logements) ?

Le programme de requalification des quartiers anciens dégradés est conduit par la Ville de Bordeaux. L’un des points forts est le site de Santé-Navale, qui appartient à la ville. Elle a souhaité monter son appel à projets. Nous travaillons en bonne intelligence avec la ville sur ce dossier, et nous allons récupérer un très beau bâtiment, l’Institut de zoologie, pour y développer un programme en cohérence avec le projet d’ensemble. Quant à l’opération 50 000 logements de la CUB, son échelle est celle de l’agglomération. L’un des sites expérimentaux portera probablement sur Bègles, le quartier du Dorat et la gare. Nous avions confié une mission d’étude urbaine à Alexandre Chemetoff le long de la voie ferrée, qui intègre Le Dorat. C’est un projet assez avancé avec 500 logements concernés, dont 170 nouveaux.

Y a-t-il une nouvelle méthode d’urbanisme expérimentée à Bordeaux, en phase avec la réforme de l’urbanisme ?

L’originalité de l’agglomération, tient à l’accord de cogestion entre le maire de Bordeaux et le président de la CUB, qui fonde tous les grands projets. Bordeaux Euratlantique est une pièce importante de cet accord, auquel s’ajoutent l’Etat et d’autres collectivités locales. La feuille de route initiale – un centre d’affaires autour de la gare LGV – a été nettement enrichie de plusieurs projets urbains complexes, grands et petits. Il y a un vrai débat actuel sur les outils d’aménagement pour passer des normes à un urbanisme de projet. Nous attendons beaucoup des nouveaux dispositifs de la réforme de l’urbanisme, qui doit permettre d’aller plus vite, par exemple de fixer la valeur du foncier à sa valeur au début du projet.

Le contrat de concession de la LGV est signé. Les premiers trains prévus en 2017. Est-ce que cela attire les investisseurs et opérateurs nationaux ?

Cela crédibilise Euratlantique. Des protocoles d’intention ont été signés sur Saint-Jean-Belcier pour une première tranche opérationnelle de 300 000 m 2 Shon dont 70 000 m 2 de bureaux livrables entre 2015 et 2018. Les investisseurs et promoteurs sont intéressés par cette gare TGV, qui deviendra un point nodal de développement économique pour l’agglomération : BNP Paribas Real Estate, Nexity, Pichet, Foncière des régions, Bouygues Immobilier…, et tous les bailleurs sociaux de la CUB. Le plan guide actualisé de Bernard Reichen, qui sera prêt en octobre, et les négociations complémentaires devraient mener à des promesses de vente courant 2012.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X