Dossiers Gestion et professions

2.Mettre en œuvre la réglementation : le point de vue du concepteur

Mots clés : Gestion et professions - Métier de l'immobilier

La loi du 11 février 2005 (art. 43) prévoit pour tous les acteurs du cadre bâti, utilisateurs du sol, bénéficiaires des travaux, architectes, entrepreneurs ou toute autre personne responsable de l’exécution de travaux, des sanctions très lourdes en regard des obligations d’accessibilité qu’elle a instituées. Première infraction : 45 000 euros d’amende ; en cas de récidive : 75 000 euros et six mois d’emprisonnement, éventuellement complétés par l’affichage ou la diffusion de la décision prononcée, l’interdiction d’exercer à titre définitif ou pour une durée de cinq ans au plus. Des sanctions très dissuasives en effet. Quelles sont donc ces obligations en matière d’accessibilité ?

L’objectif à atteindre.

Depuis le 11 février 2005, le handicap est défini très largement et prend en compte toutes les « fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant ». Le décret du 17 mai 2006 crée trois articles du code de la construction et de l’habitat portant sur les bâtiments d’habitation collectifs, l’habitat individuel et les établissements recevant du public. Ces trois articles emploient des mots clefs identiques : permettre « à un habitant ou à un visiteur handicapé, avec la plus grande autonomie possible, de circuler, d’accéder aux locaux et équipements, d’utiliser les équipements, de se repérer et de communiquer ».

La notion de handicap étant définie et l’objectif à atteindre très clair, restaient à préciser les règles de construction : c’est ce que font les deux arrêtés du 1er août 2006 indiquant, l’un pour l’habitat et l’autre pour les ERP, les règles d’accessibilité et d’usage à respecter. Ainsi de nombreuses dimensions minimales sont-elles spécifiées pour les handicaps moteurs : largeurs de passage, espaces de manœuvre et d’usage, etc.

Tout paraît donc clair et bien ordonné. Pourtant c’est là que tout se complique pour le maître d’œuvre.

. Et atteindre l’objectif

Les architectes sont désormais en toute première ligne. En effet, sans état d’âme, les donneurs d’ordre attendront d’eux une...

Vous lisez un article de la revue Operations Immobilieres n° 1 du 15/01/2008
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X