Enjeux Action Logement

100 000 logements intermédiaires seront acquis d’ici à 2022

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Logement social

Aussitôt réformé, aussitôt en chantier. Action Logement veut « acquérir 100 000 logements intermédiaires en cinq ans, dont au moins 15 000 dès 2017 », a annoncé Jacques Chanut, son président, le 24 janvier, lors de ses vœux. Pour atteindre cet objectif, les filiales « locatif intermédiaire » de l’organisme vont être regroupées dans trois ou quatre entités régionales et chacune d’elles aura la charge d’acquérir, au plus vite, des programmes neufs ou assimilés dans les seules zones tendues.

Ces acquisitions seront en partie financées par la vente annuelle de 1 % du parc HLM détenu par l’organisme paritaire, « ce qui permettra de dégager des ressources nouvelles ». Les cessions de logements seront pilotées par les filiales. Mais l’objectif est ambitieux : chaque année, entre 5 000 et 10 000 logements sociaux seulement sont achetés par des particuliers. Tout « n’est pas vendable, à l’exemple des immeubles de grande hauteur », concède Jacques Chanut. Et d’ajouter : « En aucun cas, la cession en bloc à des institutionnels ne sera privilégiée ». Action Logement souhaite plutôt favoriser « les ventes lot par lot, comme pour l’intermédiaire ».

Cessions d’activités. En parallèle de ce programme d’acquisitions de 100 000 logements intermédiaires, Action Logement maintient son objectif de doublement de la production de logements sociaux d’ici à 2022 pour atteindre 50 000 logements chaque année. « Il faut progresser marche par marche, 2017 sera la première étape », a expliqué Jacques Chanut. L’organisme paritaire a aussi annoncé vouloir recentrer ses activités sur le logement social. « Concrètement, cela passe par la mise en œuvre d’un programme de cessions des activités qui relèvent du secteur concurrentiel, je pense en particulier à l’administration de biens et à la promotion privée », a-t-il précisé.

Action Logement promet de « protéger le personnel », en ne prévoyant « aucun licenciement ». « Les fonds dégagés par la vente de ces activités seront réinvestis dans le cadre d’opérations de renouvellement urbain », a insisté Jacques Chanut.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X