Enjeux

1 000 milliards d’euros de grands projets

Une étude pointe le potentiel de travaux dans 12 pays. En Europe, l’Allemagne fait figure d’eldorado.

Et si le Grand Paris était l’arbre qui cache la forêt ? Et si la France, malgré ce programme géant de travaux, avait en réalité dans sa besace bien moins de grands projets que ses homologues européens ? C’est en tout cas ce que reflète une récente étude réalisée par Business France, l’organisme public d’aide aux PME, en prévision du salon du matériel de chantier Intermat (du 23 au 28 avril 2018 à Villepinte). Ce très utile « Observatoire Intermat de la construction » éclaire sur l’état du marché de la construction et des engins de chantier dans la zone « EMEA », à savoir l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique.

Le document de 96 pages étudie les stratégies et les opportunités dans 12 pays : six en Europe (France, Belgique, Allemagne, Pays-Bas, Royaume-Uni, Italie), quatre en Afrique (Algérie, Maroc, Côte d’Ivoire, Kenya) et deux au Moyen-Orient (Emirats arabes unis et Qatar). Chacun d’eux fait l’objet d’une fiche détaillée, avec une présentation des grands projets de construction en cours ou à venir à l’horizon 2025-2030. « Cela représente une centaine de projets au total, soit 1 000 Mds € programmés », souligne Isabelle Alfano, directrice d’Intermat. Et la surprise vient du fait que la France, avec 139 Mds € d’investissements d’ici à 2030, se trouve loin derrière le Royaume-Uni (167 Mds €) et surtout l’Italie (223 Mds €) et l’Allemagne (297 Mds €).

La France dopée par les infrastructures

Michel Gilbert, chef du pôle Invest de Business France se veut...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5953 du 15/12/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X