En direct

Zones inondables Un quartier hors « projet d'intérêt général » à Tours

nathalie coulaud, jean-christophe savattier |  le 07/02/1997  |  Droit de l'urbanismeCollectivités localesProduits et matérielsUrbanismeRéglementation

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Droit de l'urbanisme
Collectivités locales
Produits et matériels
Urbanisme
Réglementation
Valider

-Le nouveau quartier des Deux-Lions est construit dans une zone qui serait inondable sans la protection de remblais de terre. -Ce projet fait exception au projet d'intérêt général (PIG) interdisant l'urbanisation dans une grande partie de la vallée de la Loire.

Avec déjà 6 000 étudiants au sein de la Faculté de droit, des écoles d'ingénieurs et bientôt 850 logements, le quartier des Deux-Lions, situé sur la rive sud du Cher, va prendre beaucoup d'ampleur. L'aménagement de ce quartier est prévu de longue date puisque l'ancien maire de Tours, Jean Royer, avait prévu une urbanisation très importante du secteur dont 2 000 logements dès le début des années 70.

Pourtant, ce quartier est un espace sensible : situé en zone inondable, il est aujourd'hui en partie protégé par des remblais qui le rendent non submersible. De plus, cette partie de la vallée de la Loire est englobée dans un projet d'intérêt général (PIG) destiné à limiter les constructions dans les zones d'aléas. En 1992, un document cartographique délimitant les zones d'aléas « très forts » et « forts » a été porté à la connaissance des élus. Pour donner une dimension juridique à cet atlas, le préfet de la région Centre décidait de mettre en oeuvre une procédure souple et rapide : le projet d'intérêt général (voir fiche pratique sur le PIG, dans «Le Moniteur» du 24 novembre 1995, p. 57), qui s'est imposé au plan d'occupation des sols de la ville de Tours par un arrêté préfectoral du 21 novembre 1996.

Que deviennent alors des projets d'urbanisation de la rive sud du Cher ? « Nous avions obtenu les autorisations pour créer ce nouveau quartier bien avant la mise en oeuvre du PIG, ce qui explique que nous ayons eu le droit de continuer les projets », reconnaît la mairie de Tours. En 1965, un décret en Conseil d'Etat avait, en effet, autorisé les aménagements sur la vallée du Cher, à condition de réaliser ces aménagements dans un délai de 15 ans. En 1980, les projets n'étaient pas tous terminés. De nouvelles autorisations ont alors été accordées. C'est seulement en novembre 1996 qu'est intervenu le PIG et l'Etat n'a pas pu s'opposer à cette urbanisation prévue de longue date. Tout le périmètre de la ZAC a ainsi été déclaré « hors-PIG ».

Cependant, la mairie de Tours a dû réduire son projet d'urbanisation. La plaine de la Gloriette (100 ha), doit rester vierge, classée non constructible (ND) au POS en voie de révision (voir région Centre de ce numéro). « Notre volonté est de faire de cet espace un Futuroscope vert, c'est-à-dire un espace de loisirs destiné à mieux faire connaître l'environnement », explique Jean Germain, maire de Tours. Que faire pour protéger les habitants de la partie constructible du quartier des Deux-Lions contre les inondations ? « Nous sommes en train de réaliser des remblais de terre pour un montant de 45 millions de francs afin de mettre les terrains à 1,5 m au-dessus des eaux des plus hautes crues connues », explique Jean-Marc Lafon, directeur des services techniques de la mairie de Tours. La municipalité avait hésité un moment sur l'opportunité de réaliser des digues, puis avait choisi des remblais, « et cela a été un bon choix car le PIG interdit la construction de nouvelles digues, notamment parce que cela gêne le reflux », explique Jean-Claude Drouin, directeur de l'Atelier d'urbanisme de Tours.

Le nouveau quartier des Deux-Lions est donc protégé. Pourtant, les acteurs locaux le reconnaissent, si les remblais peuvent résister à une crue centenaire, ils ne pourraient résister à une crue millénaire. « Mais il ne faut pas oublier que la présence de l'eau est une richesse et que le risque zéro n'existe pas », conclut Jean Germain.

PLAN :

Compromis pour la rive sud du Cher :

l'urbanisation, prévue de longue date, du quartier des Deux-Lions est autorisée sous la protection de remblais qui le rendent insubmersible, tandis que le parc de la Gloriette demeure non constructible.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Ré(investir) les toits

Ré(investir) les toits

Date de parution : 11/2020

Voir

Marchés privés de construction : guide de rédaction des contrats

Marchés privés de construction : guide de rédaction des contrats

Date de parution : 11/2020

Voir

L'urbanisme commercial

L'urbanisme commercial

Date de parution : 11/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil