En direct

Zéro artificialisation nette :  les pistes de financement pour les collectivités
Trois leviers principaux sont envisagés par l'exécutif pour financer le zéro artificialisation nette (ZAN). - © Adobe Stock
Réponse ministérielle

Zéro artificialisation nette : les pistes de financement pour les collectivités

Isabelle d'Aloia |  le 11/05/2021  |  Loi Climat et RésilienceZANDroit de l'urbanismeDroit de l'environnementFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réglementation
Loi Climat et Résilience
ZAN
Droit de l'urbanisme
Droit de l'environnement
France
ANCT
Action cœur de ville
Petites villes de demain
EPF
Valider

"L'un des principaux moteurs de l'artificialisation des sols est bien économique. En effet, il est parfois plus coûteux, plus complexe et plus long de reconstruire la ville sur la ville que de construire sur un terrain agricole en périphérie", admet la secrétaire d'Etat à la Biodiversité dans le cadre des questions au gouvernement. Elle envisage trois leviers principaux qui permettraient de financer le« zéro artificialisation nette ».


Le projet de loi Climat et résilience prévoit de diviser par deux d'ici à 2030 la consommation foncière grâce notamment aux actions des collectivités. Le sénateur Christian Klinger (Haut-Rhin - LR), lors d'une séance de questions dans l'hémicycle, rapporte que les élus sont conscients de la nécessité de cette réduction mais qu'ils estiment que les outils et les moyens prévus par la loi pour y parvenir ne sont pas suffisants et qu'il faut considérer la problématique du foncier de manière globale. Il interroge donc le gouvernement sur le mode d'emploi de l'objectif « zéro artificialisation nette » (ZAN) et son financement.

Dans sa réponse, Bérengère Abba, secrétaire d'Etat chargée de la Biodiversité, fait le constat suivant : "L'une des raisons qui conduit malheureusement les aménageurs à construire prioritairement en extension urbaine, ce qui a pour conséquence de favoriser l'étalement urbain" est souvent économique. Cependant, "si construire en extension urbaine est moins cher pour l'aménageur, cette stratégie de déploiement a un coût pour la collectivité ; elle entraîne aussi des coûts, souvent cachés, pour les ménages". Elle envisage donc trois leviers financiers.

Ingénierie foncière

Le premier est le développement de l'ingénierie foncière et financière des établissements publics fonciers (EPF). Les EPF, qui couvrent 80 % du territoire national, acquièrent du foncier, le remettent en état et le gardiennent avant rachat à prix coûtant par la collectivité dans le cadre d'une convention. Leur modèle économique repose sur la recette fiscale de la taxe spéciale d'équipement,  "votée dans les conseils d'administration des EPF, qui sont toujours présidés par un élu local : cela a son importance du point de vue de la gouvernance".

Les aides

Le deuxième levier concerne "l'allocation de subventions pour absorber le déficit d'opérations ou encourager les opérations denses qui recyclent du foncier". Des aides sont accordées dans le cadre des contrats de projet partenarial d'aménagement et des programmes de l'Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT) comme les programmes "Action cœur de ville" et "Petites villes de demain". La secrétaire d'Etat note en effet que le différentiel de coûts pour des projets respectant le ZAN "est d'autant plus élevé lorsque les opérations se situent sur des friches et dans des secteurs détendus, qui ne permettent pas de générer des recettes pour équilibrer le bilan économique de l'aménagement".

Les taxes

Enfin, le troisième levier passe par une adaptation de la fiscalité visant à encourager le recyclage urbain. "Il est d'ores et déjà possible de moduler certaines taxes à cette fin, qu'il s'agisse de la taxation des plus-values immobilières ou de la taxe sur les surfaces commerciales", conclut l'exécutif.


QO n° 1626S, réponse à Christian Klinger (Haut-Rhin - LR) - JO Sénat du 14 avril 2021

Commentaires

Zéro artificialisation nette : les pistes de financement pour les collectivités

Votre e-mail ne sera pas publié

RemiP

12/05/2021 09h:10

N'est-il pas envisageable, pour aompléter le financemetn de ces EPF, de leur permettre la captation du différentiel entre le prix du foncier agricole et celui du foncier urbanisable, à l'occasion d'un changement d'affectation par modification du PLU ? Ca éviterait les effets spéculatifs qui facilitent les multiples petites ZAC communales, celles qui rongent les paysages sans attirer l'attention.

Votre e-mail ne sera pas publié

ZAN21

08/06/2021 08h:19

Pourquoi pas une taxe sur l'étalement qui se voudrait rapidement dissuasive (augmentation progressive selon les superficies concernées : 1000€/m2 d'artificialisation supplémentaire puis 2000€/m2 au-delà d'1 ha, 5000€/m2 à partir de 5ha...) et largement redistributive (les recettes allant directement aux territoires qui reconvertiraient leurs friches - déjà artificialisées - et résorberaient leurs bâtiments - logements et autres - vacants, également en fonction des surfaces réutilisées) sur le modèle des logements sociaux (taxer les réfractaires pour reverser aux vertueux). Selon les taux choisis, le rapport économique serait rapidement inversé à court terme (sachant que l'étalement urbain est déjà un gouffre à moyen et long termes, ne serait-ce qu'avec le coût d'entretien des réseaux...) ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil