En direct

Yves Lion, Grand prix de l'urbanisme 2007 :
- ©

Yves Lion, Grand prix de l'urbanisme 2007 : "L'avenir de l'humanité, c'est la ville"

Defawe Philippe |  le 17/12/2007  |  ArchitectureRéalisationsRéglementation

Architecte et urbaniste, Yves Lion recevra le Grand prix de l'urbanisme ce mardi 18 décembre, des mains du ministre de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement Durable, Jean-Louis Borloo. Rencontre.

Dans votre pratique, d'où vient le fait que vous ayez toujours intimement lié architecture et urbanisme ?
S’intéresser à la ville, pour un architecte, c’est une manière de s’intéresser au monde, aux questions sociales, voire aux questions politiques. En mai 68 – j’étais aux Beaux-Arts –, le slogan qui m’a marqué, c’était : "Non aux bidonvilles, non à la ville bidon". Dans l’atelier Pingusson, lorsque je voyais les étudiants plus âgés travailler sur la grande échelle – comme le plateau de Saclay, par exemple, sujet toujours d’actualité –, j’étais vraiment très impressionné. Avant d’être étudiant, j’ai eu aussi la chance de travailler deux ans dans une agence qui produisait des grands ensembles. Mais, fondamentalement, ça m’a vraiment toujours intéressé de travailler sur les vides et l’assemblage des parties.
Et aujourd’hui, je pourrais dire que je fais de l’urbanisme pour mieux aimer l’architecture, et pas seulement celle estampillée.

Vous travaillez beaucoup à l’étranger. Comment avez-vous été retenu pour le projet d’extension de La Mecque ?
On a remporté un concours en deux phases devant de grosses agences internationales. Le commanditaire, un groupe de promotion saoudien voulait des concepteurs occidentaux, qui pouvaient porter un regard assez neutre sur l’islam. On n’a d’ailleurs pas eu accès au site et on a travaillé à partir de photos et de films. Nous avons la responsabilité de deux quartiers, de part et d’autre de la mosquée Al Haram qui focalise tout le dispositif urbain et l’orientation des bâtiments. Il s’agit de construire une centaine d’immeubles, principalement des logements haut de gamme totalisant plus de 4 millions de m2, sur une topographie très accidentée. Nous réaliserons l’espace public, avant tout destiné à accueillir et faciliter le cheminement des pèlerins, mais aussi les infrastructures, ponts, voiries…

Vous avez coordonné un des trois ateliers sur la hauteur à Paris.
Pourquoi construire des tours le long du périphérique ?

A Paris, on est confronté à un manque criant de logements et à la nécessité de trouver des terrains à construire. A l’échelle de l’agglomération, c’est de part et d’autre du périphérique et dans la première couronne qu’on va trouver des lieux propices à la construction. Pour des raisons environnementales, il faut construire le plus dense possible et artificialiser le moins possible les sols. C’est assez compliqué, on n’est pas obligé de construire uniquement des tours, mais il faut montrer qu’il existe d’autres solutions que de construire des maisons individuelles à 40 km de Paris.
Historiquement, Paris est la démonstration qu’il est possible de bâtir une ville extraordinaire avec une densité forte, pour peu que l’espace public soit de qualité. Dans le XIIIe arrondissement, dans le secteur Masséna-Bruneseau, on a montré qu’on pouvait construire 500 000 m2 sur des terrains qui semblaient inconstructibles !

Vous étiez vice-président d’un atelier du Grenelle de l’environnement, et le seul architecte présent. Qu’en avez-vous retiré ?
Dans le groupe "climat", je présidais l’atelier construction et urbanisme et je dois dire que pour moi, les deux sont liés.
Faire des logements économes en énergie nécessite de faire évoluer la formation et la pratique des architectes. Sinon des spécialistes de la construction durable se substituent petit à petit aux architectes. Mais l’objectif d’atteindre une consommation énergétique limitée à 50 kWh/m2/an dans le bâtiment n’a un sens que si on construit les logements dans les villes et pas à 40 kilomètres des transports en commun.
Tout le monde est d’accord pour limiter l’étalement urbain, mais comment inciter les maires à renoncer à leurs projets de lotissements ? La notion clé de l’aménagement dans les années à venir sera le rapport entre le territoire artificialisé et le territoire non artificialisé. Cette question du rapport entre la ville et la campagne, qui semblait saugrenue il y a trente ans, a aujourd’hui une actualité évidente: il faut construire là où c’est déjà construit, et faire venir les transports en commun lorsqu’ils sont absents.
Propos recueillis par Gilles Davoine
Retouvez l'intégralité de l'entretien dans "Le Moniteur" du 14 décembre

Commentaires

Yves Lion, Grand prix de l'urbanisme 2007 : "L'avenir de l'humanité, c'est la ville"

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Traité de contentieux de la commande publique

Traité de contentieux de la commande publique

Livre

Prix : 87.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur