Entreprises de BTP

Vivendi Environnement s’émancipe de Vivendi Universal

Le groupe de services aux collectivités Vivendi Environnement (VE), filiale du groupe de médias et communication Vivendi Universal (VU), a conquis son autonomie financière par rapport à sa maison mère, et gagné du même coup en solidité.
VE a remporté son indépendance grâce à un vote de porteurs d’obligations du groupe, qui ont renoncé à la garantie apportée par VU à ces titres lors d’une assemblée générale à huis clos. Cet emprunt obligataire représente un montant de 1,5 milliard d’euros, remboursable au 1er janvier 2005.
En abandonnant, à partir du 1er septembre, la garantie de VU, les détenteurs de ces obligations éliminent aussi une clause liant VE à l’avenir de sa maison mère, en crise de liquidités et accablé de dettes.

Cette clause présentait un sérieux risque pour VE car, en cas de faillite du géant des médias, elle offrait aux porteurs la possibilité d’exiger un remboursement immédiat de leurs obligations par VE.
En contrepartie, le taux d’intérêt des obligations est augmenté de 0,75 point et passsera à 2,25% à partir du 1er septembre.
La bourse de Paris a salué ce vote mardi. L’action VE a clôturé en hausse de 16,10%, à 23 euros, et le titre VU a fini sur un gain de 11,50%, à 12,70 EUR, alors que l’indice CAC 40 perdait 1,50%.
L’indépendance acquise à l’égard de VU permet à la filiale de services (eau, propreté, énergie et transports) de rassurer les agences de notation financière et d’éviter un abaissement de ses notes, échappant ainsi à un renchérissement du coût de ses crédits et à une dégradation de ses conditions d’emprunts.

Une baisse des notes « entraînerait le remboursement anticipé des créances auprès de la Bayerische Landesbank pour 800 millions d’euros », a précisé Franck Reinle, analyste financier chez Fortis Securities. « Au total, c’est un risque potentiel de 2,3 milliards d’euros qui vient de s’éloigner, ce qui était une véritable épée de Damoclès pour VE », a souligné cet analyste. L’agence de notation Standard and Poor’s, qui avait anticipé dès la semaine dernière le vote des porteurs d’obligations, a maintenu inchangées mardi soir ses notes pour VE (BBB pour la dette à long terme, A-2 à court terme).
Plus circonspecte, Moody’s préfère attendre le 1er septembre, date à laquelle le lien avec VU sera légalement rompu. L’agence a toutefois indiqué mardi qu’elle devrait alors confirmer la notation de VE (Baa1 pour la dette à long terme avec perspective négative, Prime-2 pour la dette à court terme).

Les porteurs d’obligations ont approuvé l’abandon du lien avec VU à une large majorité (64,8% des suffrages exprimés). L’assemblée, organisée au siège de VE, s’est tenue dès sa première convocation, en l’absence du président du directoire de VE, Henri Proglio, en congés, mais en présence du directeur financier, Jérôme Contamine. La réunion a été « calme » et « il n’y a pas eu de question », a indiqué l’un des participants, Alexis Ravel, représentant de la banque française BNP Paribas. Ce vote « confirme l’autonomie financière de VE », après l’augmentation de capital réalisée en juillet et « l’évolution récente » de l’actionnariat, a estimé le groupe.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X