En direct

Vinci s'engage à réduire ses émissions de CO2 de 40% d'ici 2030
Lors de la présentation de ses voeux à la presse, le 15 janvier 2020, le PDG de Vinci, Xavier Huillard a annoncé "plusieurs centaines de millions d'euros d'investissements" afin de réduire les émissions de CO2 du groupe de 40% d'ici 2030. - © bruno levy

Vinci s'engage à réduire ses émissions de CO2 de 40% d'ici 2030

Lemoniteur.fr avec A.F.P. |  le 15/01/2020  |  Majors du BTPVinciXavier HuillardMarc MimramJean-Paul Viguier

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Majors du BTP
Vinci
Xavier Huillard
Entreprises
Marc Mimram
Jean-Paul Viguier
France
Hauts-de-Seine
Valider

Présentant ses vœux pour 2020 et les résultats prévisionnels pour 2019, Xavier Huillard a dévoilé la nouvelle ambition environnementale de la major du BTP. Sur cette feuille de route : baisse des émissions carbone, mais aussi économie circulaire et respect des milieux naturels.

"Nous ne sauverons la planète qu'à la condition de trouver comment combiner performances économique et environnementale", a expliqué le P-DG de Vinci, Xavier Huillard, lors de ses vœux à la presse, mercredi 15 janvier, pendant une visite du chantier de l'Archipel, le futur siège que le groupe construit à Nanterre (Hauts-de-Seine).

Ce vaste ensemble immobilier de 74 000 m2 prend en partie place au-dessus d'une gare de de la future ligne Eole. Conçu par Jean-Paul Viguier (mandataire) et Marc Mimram (architecte associé), il est destiné à regrouper 4 000 salariés du groupe actuellement répartis sur différents sites franciliens. "Un siège qui nous rassemble et qui nous ressemble", insiste Xavier Huillard. Il a donc choisi cet écrin construit avec du béton largement recyclé et même du béton ultra bas carbone pour annoncer le virage vert du groupe.

Neutralité carbone en 2050

Vinci s'est engagé à réduire ses émissions de CO2 de 40% d'ici 2030. C'est un objectif "volontariste" selon Xavier Huillard, qui place le groupe "sur la courbe qui permet d'atteindre la neutralité carbone en 2050", horizon établi par la France dans le cadre de l'accord de Paris sur le climat.

Il s'agit d'un programme "de plusieurs centaines de millions d'euros d'investissements", qui concerne l'ensemble des entités du groupe. Pour les filiales de travaux (Eurovia, Vinci construction...) par exemple, il implique le remplacement de véhicules traditionnels par des véhicules électriques, hybrides ou à hydrogène, la substitution du fioul lourd et du charbon par du gaz naturel ou renouvelable dans les centrales d'enrobés ou encore le développement de bases vie à hautes performances énergétiques et environnementales, par exemple en bois. Ailleurs, cela passera par la création de centrales photovoltaïques dans les aéroports gérés par Vinci ou sur les délaissés autoroutiers dont le groupe est concessionnaires.

Cette ambition concerne les propres activités de Vinci mais n'engage ni ses clients ni ses fournisseurs. Cependant, à travers des solutions comme le béton bas carbone, la route 100% recyclée ou la performance énergétique des bâtiments livrés, le groupe entend entraîner ses partenaires amont et aval dans une démarche vertueuse.

Vinci affirme avoir fait ses calculs. Atteindre 30% de réduction de ses émissions de CO2 est jugé réaliste avec les solutions actuelles. L'objectif des 40% ne saurait lui être atteint qu'avec l'aide d'innovations à venir, "développées y compris au sein de Vinci" veut croire son P-DG.

Temps long

Xavier Huillard refuse donc d'opposer performances économique et environnementale. "La bonne surprise, c'est que lorsque l'on fait le bilan de toutes les actions, on gagne, à la condition de s'inscrire sur le temps long, c'est-à-dire de ne pas s'attendre à des temps de retour sur investissement à deux ou trois ans". Il s'oppose particulièrement à une vision décroissante de l'écologie.

Les engagements environnementaux de Vinci ne se limitent cependant pas à la réduction de son empreinte carbone. Ils visent également à améliorer la préservation des ressources et l'économie circulaire, ainsi que mieux respecter les milieux naturels.

2019, une "belle année"

Concernant les résultats du groupe pour l'année 2019, "les chiffres seront en ligne avec nos prévisions, et confirmeront que 2019 a été une belle année, tant en terme de chiffre d'affaires que de performance financière", a-t-il observé.

Le groupe avait vu son chiffre d'affaires bondir au troisième trimestre, bénéficiant notamment de l'acquisition de plusieurs aéroports, en particulier celui de Gatwick à Londres.

Pour le dernier trimestre 2019, Vinci autoroutes devrait bénéficier notamment d'un effet de base favorable en comparaison avec la fin d'année 2018, perturbée par le mouvement social des Gilets Jaunes.

Commentaires

Vinci s'engage à réduire ses émissions de CO2 de 40% d'ici 2030

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Date de parution : 08/2020

Voir

Handicap et construction

Handicap et construction

Date de parution : 07/2020

Voir

Montage d’une opération immobilière privée

Montage d’une opération immobilière privée

Date de parution : 07/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur