En direct

Vinci, solide sur ses fondations
Le groupe a annoncé des résultats semestriels et une marge en hausse au terme du premier semestre 2019. - © Florent Maillet / Le Moniteur
Décryptage

Vinci, solide sur ses fondations

Florent Maillet |  le 31/07/2019  |  VinciVinci ConstructionVinci Construction FranceVinci EnergiesXavier Huillard

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Vie du BTP
Vinci
Vinci Construction
Vinci Construction France
Vinci Energies
Xavier Huillard
Résultats semestriels
Majors du BTP
Valider

La major annonce des résultats semestriels en nette progression, à 21,73 milliards d'euros (+10%), alimentés par l'ensemble des branches. Le carnet de commandes atteint un nouveau sommet, à 36,2 Mds €. La marge des activités de construction marque le pas.

Vinci est en forme. Le numéro un français et européen du BTP et des concessions a annoncé avoir réalisé, entre janvier et juin 2019, un chiffre d'affaires de 21,73 milliards d'euros, en hausse de 10% par rapport au premier semestre 2018. Le bénéfice net gonfle lui de 4,5%, pour atteindre 1,36 Md €.

Une performance qui repose sur la progression de l’ensemble des activités du groupe, et qui se révèle meilleure qu’attendue par les analystes. Bloomberg avait par exemple tablé sur 21,13 Mds € de CA et 1,30 Md € de bénéfice net.

Sur le même sujet Vinci aborde l'année 2019 nanti d'un carnet de commandes record

Même si la croissance externe, dans les concessions aéroportuaires notamment, avec l’intégration de Londres Gatwick, a joué à plein, la hausse se vérifie également à périmètre constant. La croissance organique de Vinci ressort en effet à +5,9 % (+6,8 % en France et +4,9 % à l’international).

Au cours d’une conférence téléphonique accompagnant la présentation des résultats semestriels, ce mercredi 31 juillet 2019, Xavier Huillard, le PDG de la major, s’est félicité de ces résultats, d’autant que « les bases de comparaison avec le premier semestre 2018 sont élevées ».

Vinci confirme son objectif de faire progresser son chiffre d'affaires et son bénéfice net sur l'ensemble de l'année 2019, sans toutefois donner de prévision chiffrée.

Les chiffres et tendances à retenir du premier semestre 2019:

► Le chiffre d’affaires (CA) groupe atteint donc 21,73 milliards d'euros sur les 6 premiers mois de l’année 2019, en hausse de 10% en réel par rapport au premier semestre 2018, la croissance organique pure atteignant 5,9% sur cette période.

Dans le détail, l’activité de l’ensemble des branches du groupe progresse.

Vinci S1 2019
Vinci S1 2019

► Le chiffre d’affaires de la branche contracting (Vinci Construction, Eurovia et Vinci Energies) se hisse à 17,7 milliards d’euros, en hausse de 9,9 % (+6,5 % en comparable)

► Dans le détail, le CA de Vinci Construction grimpe à 7 Mds € (+6,9 % à structure réelle, +6,1 % en  comparable). En France (54 % du total), « des disparités existent entre les régions, avec une activité soutenue en Ile-de-France du fait des chantiers du Grand Paris », souligne Vinci.

A l’international (46 % du total), l’activité progresse en Grande-Bretagne, en Europe Centrale mais aussi en Afrique, où Sogea Satom pousse les feux. « Cela confirme la reprise constatée sur ce continent en 2018 », a noté Xavier Huillard.

Au sein des métiers de spécialités, « Soletanche Freyssinet et la division des Grands Projets réalisent également une bonne performance à l’international, qui compense la sous-activité des métiers liés à l’Oil & Gas », souligne le groupe.

► Le dynamisme d’Eurovia a été particulièrement marqué lors de ce premier semestre 2019. Le chiffre d’affaires de la branche dirigée par Pierre Anjolras bondit de près de 17% (+10% en comparable) à 4,4 Mds €.

Une dynamique entretenue au premier chef par la France (58 % du total), où le cycle vertueux des travaux routiers et des aménagements urbains s’est poursuivi.

A l’international (42 % du total), l’activité a été soutenue en Allemagne, en Grande-Bretagne et au Canada. L’effet de périmètre le plus notable sur la période est l’intégration des activités industrielles et de travaux routiers rachetées fin décembre 2018 à Lane Construction, aux Etats-Unis.

Vinci Energies, de son côté, affiche une croissance de près de 9% sur les 6 premiers de l’année, le CA atteignant 6,4 Mds € (+4,6 % en comparable), soutenu par l’intégration des dernières acquisitions, tant en France qu’à l’international, qui contribuent à hauteur de 224 millions d’euros à la progression du chiffre d’affaires.

En France (46 % du total), la hausse est tirée par les activités infrastructures et l’ICT (Information Communication Technologies).

L’international (54 % du total) bénéficie de la bonne dynamique de la plupart des implantations, de l’intégration de PrimeLine aux Etats-Unis et de Wah Loon Engineering à Singapour acquises en 2018, ainsi que des nouvelles acquisitions réalisées en 2019.

► Le chiffre d’affaires de la branche concessions ressort lui à 3,8 Mds €, en hausse de 12 %  (+4,6 % en  comparable).

Et il va falloir s’y habituer : la part de la route dans ce total diminue, au profit de l’activité dans les aéroports, Vinci Airports se calant désormais au second rang mondial en termes de gestion de trafic passagers.

Sur le même sujet Avec Londres Gatwick, Vinci devient le deuxième gestionnaire d’aéroport mondial

Le chiffre d’affaires de Vinci Autoroutes progresse de 2,6 % à 2,6 Mds €, tandis que le CA de Vinci Airports bondit de 44 %, à 1,1 Md € (+8,1% en comparable). Il inclut les contributions des aéroports américains (intégrés fin août 2018), de Belgrade (intégré fin décembre 2018) et de Londres Gatwick (intégré le 13 mai 2019). Ces 3 plateformes contribuent au total à hauteur de 247 millions d’euros au chiffre d’affaires de la période.

Sur le même sujet Vinci Autoroutes va déployer des voitures autonomes sur son réseau

► La part de l’international dans le chiffre d’affaires global de Vinci a progressé au cours de ce premier semestre. La major a ainsi réalisé 44% de son activité hors de l’Hexagone, soit 2 points de plus que l’an dernier sur la même période.

Vinci International S1 2019
Vinci International S1 2019

►Le carnet de commandes du groupe atteint lui un nouveau record. Il progresse dans tous les métiers pour culminer, au 30 juin 2019, à 36,2 milliards d’euros. Soit un bond de 9 % (+14 % à l’international, +4 % en France) par rapport au 31 décembre 2018.

Sur le même sujet Vinci aborde l'année 2019 nanti d'un carnet de commandes record

Il offre une grande visibilité au géant français, puisqu’il représente près de 12 mois d’activité moyenne (dont 9 mois chez Vinci Energies, 10 mois chez Eurovia et plus de 15 mois chez VINCI Construction).

Sur le même sujet Vinci remporte un gros contrat ferroviaire en Nouvelle-Zélande

A noter que, là encore, l’international progresse, représentant 57 % du carnet à fin juin 2019, contre 51 % un an plus tôt.

Vinci carnet de commandes S1 2019
Vinci carnet de commandes S1 2019

Sur le plan des marges aussi, le groupe signe 6 premiers 2019 dans le positif. Le Résultat opérationnel sur activité (ROPA) s’établit ainsi à 2,289 Mds €, soit une progression de 9,1 %.

Les concessions restent le principal moteur, avec une contribution en hausse de plus de 12%, à 1,8 Md €.  La part du Contracting recule légèrement, à 432 millions d’euros (436 millions d’euros 1 an plus tôt).

Vinci a par ailleurs dégagé un bénéfice net, part du groupe, de 1,36 Md € (+4,5%).

Focus: Vinci Construction table sur une marge stable pour l'année 2019

En termes d’activité, la branche contracting de Vinci (Vinci Construction, Vinci Energies et Eurovia) signe un nouveau semestre record. Le chiffre d’affaires atteint en effet 17,7 Mds € (+9,9% en réel ; +6,5% en comparable) et progresse dans les trois filières.

La visibilité atteint par ailleurs un nouveau sommet, avec un carnet de commandes synonyme de 12 mois d’activité (36,2 Mds €).

Un chiffre n’a néanmoins pas échappé aux observateurs : la faiblesse de la marge opérationnelle de Vinci Construction, à 0,9% (soit 64 M€) sur les six premiers mois de l’année. Elle atteignait 1,8% (118 M€) l’an passé, à la même époque.

L’explication de cette atonie ? Des litiges contractuels diffus sur plusieurs projets en France, a indiqué Xavier Huillard, le PDG de Vinci, sans toutefois donner davantage de précisions sur les chantiers concernés. Par ailleurs,"les relations entre les maîtres d'ouvrages et leurs entreprises générales sont peut-être un peu plus tendues que par le passé ; il y a une tentation à repasser certaines responsabilités qui n'étaient pas dans le contrat initial", a-t-il précisé, évoquant par exemple des exigences environnementales.

La sous-activité d’Entrepose Contracting, liée à l’anémie des contrats dans le secteur du « Oil & Gas » a également pesé.

Le patron du leader du BTP et des concessions a néanmoins assuré que ces résultats ne sont « pas révélateurs de la performance attendue sur l’année. La marge opérationnelle de la construction en 2019 devrait être proche des 2,8% de 2018, peut-être par le bas, néanmoins", a-t-il projeté.

Pour l’heure, la stabilité de la marge opérationnelle de Vinci Construction est en grande partie compensée par une amélioration des résultats de marge opérationnelle de Vinci Energies (378 M€ de « Ropa »; soit + 12,7%) et d’Eurovia, malgré un exercice de début d’année traditionnellement défavorable aux activités routières (10 M€ ; +40,8%).

Commentaires

Vinci, solide sur ses fondations

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur