En direct

Vinci réclame
Xavier Huillard, PDG de Vinci. - © Franck Beloncle / le Moniteur

Vinci réclame "plusieurs centaines de millions d'euros" de compensation pour l'abandon de Notre-Dame des Landes

Florent Maillet, avec AFP |  le 15/04/2019  |  Réglementation des marchés publicsConcessionsVinciVinci AirportsNotre-Dame-des-Landes

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réglementation des marchés publics
Concessions
Vinci
Vinci Airports
Vie du BTP
Notre-Dame-des-Landes
Valider

Vinci, par ailleurs candidat à la privatisation d'ADP, entame un bras de fer avec l'Etat sur le montant de la compensation suite à l'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame des Landes.

Le bras de fer public a commencé. Candidat à la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP), que rendra possible la loi Pacte, Vinci réclame "plusieurs centaines de millions d'euros" à l'Etat en guise de compensation à l'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes dont il devait être le concessionnaire, a déclaré dimanche 14 avril 2019 la ministre des Transports.

Confirmant que l'Etat négocie avec le groupe de BTP une indemnité liée à l'abandon du projet de nouvel aéroport, Elisabeth Borne a déclaré sur France 3: "Nous ne sommes a priori pas d'accord sur les montants, mais on prendra nos responsabilités sur ce dossier". "Ils (Vinci, ndlr) ont parlé de quelques centaines de millions d'euros, tandis que nous parlons de quelques dizaines" de millions, a-t-elle précisé, avant d'ironiser: "Nous aurons une discussion passionnante".

Sur le même sujet Abandon de Notre-Dame-des-Landes : le Conseil d’Etat relativise l’indemnité de Vinci

Contreparties sur ADP ? "Cela ne marche pas comme ça"

Interrogée pour savoir si Vinci serait "un bon candidat" à la reprise d'Aéroports de Paris (ADP), une privatisation vivement contestée par l'opposition, elle a déclaré : "C'est effectivement un groupe qui a une grande expérience aéroportuaire". "Mais il y en a d'autres, et évidemment cela ne va pas se faire comme ça de gré à gré, il y a aura une consultation pour choisir le meilleur candidat", a-t-elle immédiatement ajouté.

Récusant que le choix du groupe de BTP pourrait faire figure de "compensation à l'abandon de Notre-Dame-des-Landes", comme l'ont affirmé des députés de l'opposition lors de vifs débats sur la privatisation jeudi à l'Assemblée, la ministre a affirmé: "Cela ne marche pas comme ça". "On a un contrat à Notre-Dame-des-Landes, sur lequel on est en train de travailler à la résiliation, et par ailleurs il y aura une procédure sur Aéroports de Paris, évidemment avec toutes les garanties de transparence", a-t-elle déclaré.

Vinci veut se développer dans les aéroports

Définitivement adopté par le parlement dans une ambiance tendue, le projet de loi Pacte prévoit de supprimer l'obligation pour l'État de détenir la majorité du capital d'ADP (actuellement 50,63%). Cette privatisation fait l'objet d'un bras de fer: quelque 250 parlementaires ont enclenché la procédure d'un référendum d'initiative partagée (RIP), pour tenter d'empêcher le gouvernement de "vendre la poule aux oeufs d'or", certains y voyant un "cadeau à Vinci".

Le groupe Vinci gère dans douze pays (Royaume-Uni, Portugal, Cambodge, Japon...) 46 aéroports, dont 12 en France, parmi lesquels ceux de Lyon-Saint Exupéry, Rennes Bretagne, Toulon-Hyères et Nantes-Atlantique. Outre ADP et ses 2 plateformes (Roissy et Orly), Vinci est intéressé par l'aéroport de Toulouse, avait confirmé Xavier Huillard, le PDG du leader européen du BTP et des concessions, le 6 février dernier, lors de la présentation des résultats annuels du groupe. Son actionnaire Casil Europe, entité du consortium chinois Symbiose, souhaiterait vendre sa participation de 49,99% acquise en 2015.

Dans les concessions, le groupe souhaite prioritairement se développer dans les aéroports, dont le trafic passagers devrait bondir encore dans les prochaines années, a indiqué à plusieurs reprises Xavier Huillard.

Sur le même sujet Vinci aborde l'année 2019 nanti d'un carnet de commandes record

Sur les 43,5 Mds € de chiffre d'affaires consolidé de Vinci en 2018, le pôle "Concessions" pèse 7,2 Mds € (dont 1,6 Md € pour les aéroports, loin derrières les autoroutes) mais représente plus de 75% des marges.

Commentaires

Vinci réclame "plusieurs centaines de millions d'euros" de compensation pour l'abandon de Notre-Dame des Landes

Votre e-mail ne sera pas publié

Laurent46

15/04/2019 09h:40

Après les autoroutes les aéroports ! Vinci n'a qu'a racheter l'Elysée

Votre e-mail ne sera pas publié

Polo 69

15/04/2019 16h:02

L'état fait n'importe quoi ,il signe des contrats avec VINCI puis un ministre baisse les bras sous la pression des occupants illégaux confirmé par la justice et refuse de payer les pertes de l'entreprise. Pour ADP il serait très dangereux de céder la gestion à des étrangers ou bien à des financiers pas compétents pour gérer une telle entité. On marche sur la tete dans ce pays......

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur