En direct

Vinci et Bouygues TP en lice pour l’extension en mer

 |  le 22/11/2013  |  EntreprisesCollectivités localesPrincipauté de Monaco

Lancée en mai dernier, la consultation pour le nouveau projet d’extension en mer progresse. Quatre groupements - Vinci, Fincantieri, Groupement de l’Anse du Portier-Bouygues TP ainsi que Terraforma Monaco Gildo Pastor Pallanca - avaient été retenus en juillet dernier. A la suite de l’examen des candidatures, deux groupements demeurent en course : Vinci et Bouygues TP, associé à un groupement de constructeurs locaux (J.B. Pastor et Fils, Satri, Smetra, Engeco et Michel Pastor Group). Le lauréat devrait être connu en fin d’année ou au tout début 2014. Une négociation d’une durée d’un an s’ouvrira ensuite avec l’Etat pour définir les caractéristiques techniques, économiques et financières du projet et se conclura, si la négociation aboutit, par la signature d’un contrat de réalisation. Beaucoup plus mesurée que le projet lancé en 2006 puis stoppé, cette nouvelle conquête maritime doit permettre à la principauté de Monaco de poursuivre son expansion urbaine sur 6 ha, au droit de l’anse du Portier, à des profondeurs de 25 à 30 m.

1 milliard pour les infrastructures

Un programme immobilier de 60 000 m² de surface est prévu, sous la forme de logements de très grand luxe (six à dix niveaux de hauteur), de commerces, de bureaux et d’un port de 30 à 40 anneaux. Le coût estimé des infrastructures est chiffré à un milliard d’euros TTC. L’opérateur retenu prendra en charge la conception, la réalisation et le financement du projet, cédera à l’Etat les ouvrages d’infrastructures et recevra en contrepartie des droits à construire.
Loin des techniques utilisées dans les années 1970 pour aménager Fontvieille, ce nouveau quartier devra être exemplaire en matière de développement durable et de préservation de l’environnement : respect des fonds marin et de la réserve proche du Larvotto, gestion de l’énergie, des déplacements et des déchets. Une étude d’impact complète accompagnera l’ensemble des phases du projet. Ces exigences devraient se traduire par le recours à des ouvrages sur pieux ou semi-flottants, à l’image de la digue du large réalisée en 2002, utilisant à grande échelle la préfabrication hors site. Une dizaine d’années sera nécessaire à l’émergence de ce nouveau quartier.

Commentaires

Vinci et Bouygues TP en lice pour l’extension en mer

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur