En direct

Vinci devra payer 50 000 € pour avoir déversé des résidus de béton dans la Seine
- © Vinci Construction

Vinci devra payer 50 000 € pour avoir déversé des résidus de béton dans la Seine

Lemoniteur.fr avec A.F.P. |  le 11/03/2020  |  EoleDommage environnementalEnvironnementHauts-de-SeineVinci Construction France

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Eole
Dommage environnemental
Environnement
Hauts-de-Seine
Entreprises
Vinci Construction France
Valider

L'entreprise de BTP Dodin Campenon Bernard, filiale à 100% de Vinci Construction France, a été reconnue coupable d'avoir déversé de manière accidentelle dans la Seine de l'eau grise chargée de sable et de traces de ciment désactivé provenant de sa centrale à béton sur le chantier d'extension du train Eole. L'amende totale se monte à 90 000 euros, dont 40.000 avec sursis.

A l'issue  d'une procédure de "plaider-coupable" devant le tribunal de Nanterre, Dodin Campenon Bernard, filiale à 100% de Vinci Construction France, a été reconnue coupable d'"avoir déversé de manière accidentelle dans la Seine de l'eau grise chargée de sable et de traces de ciment désactivé ayant pour effet de nuire à la reproduction des poissons sur une surface de 25 m2".

Ces résidus provenaient de sa centrale à béton servant à alimenter le chantier d'extension du train Eole vers la banlieue ouest de Paris.

Dodin Campenon Bernard a été condamnée à 90 000 euros d'amende, dont 40 000 avec sursis.

La décision, négociée au préalable avec le parquet dans le cadre d'une procédure de "comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité", a été validée mercredi 11 mars par le tribunal de Nanterre qui a en revanche, pour raison technique, dû repousser les débats sur les dommages et intérêts au 18 septembre.

Les faits avaient été découverts en mars 2019: des agents d'une fédération locale de pêche avaient constaté un déversement de résidus de béton dans la Seine à Nanterre et aussitôt porté plainte. Plusieurs associations de pêche et environnementales se sont depuis portées parties civiles. qui se sont montrées déçues du verdict.

Pollution volontaire et organisée ?

"C'est d'autant plus décevant qu'ils ont été poursuivis pour une pollution involontaire alors que les constats démontraient que la pollution était parfaitement volontaire, organisée, sur une durée de 18 mois", a tancé l'avocat de parties civiles Laurent Benarrous.

L'avocat du prévenu Philippe Goossens s'est lui dit "satisfait du traitement judiciaire" de ce dossier: "Le tribunal a constaté, comme le parquet, que c'était accidentel, avec des effets limités" sur l'environnement.

Pour lui, l'accident est uniquement dû à un "dysfonctionnement d'une zone de stockage, mais à aucun moment il n'y a eu de volonté de déversement dans la Seine". "On s'est attaché à remettre immédiatement en état" le site pour un montant de 200 000 euros, a-t-il précisé, aussitôt démenti par la fédération plaignante. Selon elle, "sous l'eau, rien n'a été fait".

Commentaires

Vinci devra payer 50 000 € pour avoir déversé des résidus de béton dans la Seine

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 03/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur