En direct

VILLEPARISIS La démarche environnementale d'une PME

HERVE GUENOT |  le 19/11/2004  |  Seine-et-MarneFrance entièreCollectivités localesEnvironnementEnergie

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Seine-et-Marne
France entière
Collectivités locales
Environnement
Energie
Développement durable
PME
Santé
Entreprises
Réglementation
Technique
Valider

Clamens fait carburer ses 80 poids lourds au gazole colza

Avec un baril de pétrole à plus de 50 dollars, la démarche de Clamens SA devient exemplaire. Depuis le 8 octobre dernier, cette PME de Villeparisis (filiale de la Financière de l'Ambrésis) alimente sa flotte de 80 poids lourds avec du biocarburant : du diester (éthanol et huile de colza) incorporé à 30% au gazole.

Résultat : une baisse de 20% des particules et des fumées, de 15% du monoxyde de carbone et de 25% des émissions de CO2, principal gaz à effet de serre. «Nous cherchons à changer l'image de nos poids lourds sur les routes», souligne Philippe Clamens, P-DG de Clamens SA. L'entreprise (10 millions d'euros de chiffre d'affaires) recyclera, en 2004, 250 000 t de matériaux routiers concassés issus de produits de démolition et 200 000 t de mâchefer pour le compte de Tiru (exploitant d'usines d'incinération).

«Le surcoût lié à l'usage du gazole colza est de l'ordre de 2 à 3%. Il porte sur les vidanges plus fréquentes des poids lourds, des changements plus rapprochés des filtres, des nettoyages de cuves», poursuit Philippe Clamens.

Un soutien à l'agriculture

La société a choisi le diester plutôt que l'aquazole, car elle peut revenir au gazole en cas de pénurie de diester sans modification des caractéristiques techniques des véhicules. Pour l'aquazole, à base d'eau, il aurait fallu en effet changer les filtres. Une réserve, cependant, pour l'approvisionnement (60 000 litres annuellement de gazole colza) : une seule société pétrolière (Total) livre du diester.

Le P-DG, qui juge cette expérience «totalement positive» l'estime reproductible par d'autres entreprises. Il précise cependant que l'utilisation du biocarburant relève d'une démarche spécifique de protection de l'environnement engagée par son entreprise, par ailleurs soucieuse de soutenir l'agriculture de Seine-et-Marne, fortement impliquée dans la culture du colza, base du diester. Peaufinant son image d'entreprise verte, après l'usage du diester, la PME va mettre en place, courant 2005, une station de lavage de ses poids lourds avec un système de recyclage des eaux.

PHOTO :

Philippe Clamens, P-DG de Clamens SA : «Nous cherchons à changer l'image de nos poids lourds sur les routes.»

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Éclairage des espaces extérieurs

Éclairage des espaces extérieurs

Date de parution : 05/2019

Voir

DICOBAT Visuel

DICOBAT Visuel

Date de parution : 05/2019

Voir

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur