En direct

Ville durable, de la conscience aux actes

Jessica Ibelaïdene |  le 24/11/2017  |  SantéTechniqueEnvironnement

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Santé
Technique
Environnement
Valider

Malgré leur intérêt, les acteurs locaux estiment leurs investissements verts encore insuffisants.

La ville durable est-elle déjà une réalité dans les territoires français ? C'est en quelque sorte la question qu'ont posée Eurovia et « Le Moniteur » à travers une étude sur les investissements verts des collectivités territoriales. Ce qui est certain, c'est que le sujet interpelle les acteurs locaux. Le sondage montre en effet que deux tiers des collectivités locales portent un grand intérêt au développement durable, dans leurs choix d'investissements ou d'entretien des infrastructures. Une bonne nouvelle ? Les moins optimistes diront a contrario qu'un tiers des collectivités sont encore peu mobilisées…

Par ailleurs, une majorité (51,5 %) des personnes interrogées estiment que ces investissements ont progressé sur leur territoire depuis cinq ans. Cette augmentation reste toutefois relative. Parmi les territoires qui ont accru leurs dépenses en investissements verts, seul un sur cinq les a augmentées de plus de 25 %, deux sur cinq de 10 à 25 %. Ce qui laisse à penser que, si la conscience est là, les actes tardent à se concrétiser.

D'ailleurs, les collectivités le reconnaissent elles-mêmes : près des deux tiers pensent que leurs investissements sont insuffisants. Une part qui s'élève même à 73 % dans les territoires de moins de 10 000 habitants, soit 15 points de plus que dans les collectivités plus peuplées. Alors, quels freins les empêchent d'aller plus vite, plus loin ? Avant toute chose, le manque de moyens financiers, pointé par 67 % des personnes interrogées. La moitié considère également que les prix sont trop élevés. La méconnaissance des aides financières dans la mise en place des projets est citée par un petit tiers des collectivités (29 %), et un quart estiment que l'état de leurs infrastructures ne leur permet pas d'envisager les aménagements nécessaires : il faudrait auparavant les rénover.

Faire baisser la facture énergétique. La notion de smart city apparaît dans plusieurs aspects de l'étude. En effet, quand on regarde quels domaines et outils les collectivités plébisciteraient pour porter des projets innovants, l'énergie, les transports et l'éclairage sont les plus cités. Ce qui s'explique par la volonté de réduire sa facture énergétique, premier facteur qui motive l'investissement dans des solutions vertes (85 %), loin devant le volontarisme politique (48 %) et l'amélioration de l'image de la collectivité (27 %).

Le privé est le premier partenaire cité pour les projets de « smart city ».

Cependant, les collectivités peuvent difficilement mettre en place ces systèmes seules. Aussi, 30 % estiment que l'Etat est le partenaire à privilégier pour monter en expertise sur les problématiques liées au développement durable. Un Etat qui doit faciliter la mise en œuvre des projets, notamment par le biais de subventions (70 %), d'une simplification des normes (50 %) et de formations de la part de ses agences (27 %).

Mais les entreprises ont aussi un rôle important à jouer. Le privé est même le premier partenaire cité par les collectivités, d'une courte tête (32 %). Un quart des responsables publics interrogés pensent que des programmes d'accompagnement de la part des entreprises sont également des leviers pour accroître leurs compétences. La ville de demain doit donc être le fruit d'une réflexion et d'une collaboration étroite entre public et privé.

PHOTO - 10087_634562_k2_k1_1529062.jpg
PHOTO - 10087_634562_k2_k1_1529062.jpg - © FRANÇOIS HENRY / REA
PHOTO - 10087_634562_k4_k1_1529064.jpg
PHOTO - 10087_634562_k4_k1_1529064.jpg - © SOURCE : LE MONITEUR POUR EUROVIA
Méthodologie de l'étude

Eurovia et « Le Moniteur » se sont interrogés sur les investissements verts des collectivités locales. Une étude quantitative a été menée en ligne, entre le 13 septembre et le 9 octobre, notamment auprès d'élus locaux (58 %). En tout, 221 personnes ont répondu aux questionnaires. Plus de la moitié représentaient des collectivités de moins de 10 000 habitants ; un quart, des territoires de 10 000 à 50 000 habitants ; et 23 %, des collectivités plus importantes encore.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur