En direct

Vient de paraître : «Une cité-jardin moderne. La Butte-Rouge à Châtenay-Malabry»
Vient de paraître : «Une cité-jardin moderne. La Butte-Rouge à Châtenay-Malabry» - © Editions Parenthèses (Marseille)

Vient de paraître : «Une cité-jardin moderne. La Butte-Rouge à Châtenay-Malabry»

Service Architecture & Urbanisme |  le 09/02/2022  |  CultureLivreHauts-de-Seine

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Architecture
Culture
Livre
Hauts-de-Seine
Valider

Tandis que le ministère de la Culture tergiverse pour agir en faveur de la Butte-Rouge toujours menacée dans son intégrité, un ouvrage paraît sur cet ensemble exceptionnel…

Modèle d'urbanisme social humaniste, la cité-jardin de la Butte-Rouge - construite à Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine) entre 1931 et 1965 par les architectes Joseph Bassompierre, Paul de Rutté, Paul Sirvin, André Arfvidson et le paysagiste André Riousse - abrite près de 4000 logements dans un écrin de verdure de 65 hectares. Teintés d’un rose qui fait leur unité, les immeubles de cette «ville à la campagne» se découpent sur le paysage verdoyant de la forêt de Verrières. Habitations de petite hauteur, «demi-lune» monumentale, «gratte-ciel» local, écoles, église… sont disposés selon les courbes du relief, au gré de l’espace laissé libre par des arbres séculaires.

Cet ensemble modèle, très tôt labellisé «Patrimoine du XXe siècle», chef-d’œuvre incontesté de l’architecture moderne, apparaît comme le précieux témoin encore intact du mouvement européen des cités-jardins, porté par l’idéal d’un logement social de qualité. Pour autant, faute d’une protection suffisante, l’ensemble est la cible d’une prédation immobilière qui, menée à terme, anéantirait la cohérence architecturale et paysagère de la Butte-Rouge et, avec elle, sa vocation première.

«Une cité-jardin moderne. La Butte-Rouge à Châtenay-Malabry»
«Une cité-jardin moderne. La Butte-Rouge à Châtenay-Malabry» - © Editions Parenthèses (Marseille)

Pétitions, engagements ministériels, tribunes de personnalités suffiront-ils à sauver ce patrimoine jusque-là soigneusement réhabilité? Cette monographie qui plaide en faveur d’une préservation fidèle du bâti, souligne les limites de l’action publique contre les dégâts d’une voracité immobilière effrénée. Il appelle aussi à ce que les icônes du logement social, dignes témoins d’une histoire architecturale glorieuse, soient défendues et puissent vivre.

L’ouvrage d’Élise Guillerm, docteure en histoire de l’art de l’université Paris I et maître de conférences à l’École d’architecture de Marseille est précédé d’un avant-propos de l’architecte et historien Jean-Louis Cohen, professeur au Collège de France et en histoire de l’architecture à l’Institute of Fine Arts à l’Université de New York, un ardent défenseur du site.

«Une cité-jardin moderne. La Butte-Rouge à Châtenay-Malabry»
«Une cité-jardin moderne. La Butte-Rouge à Châtenay-Malabry» - © Editions Parenthèses (Marseille)

«Une cité-jardin moderne. La Butte-Rouge à Châtenay-Malabry», par Élise Guillerm, avec un avant-propos de Jean-Louis Cohen, 24×28 cm, 176 p., 187 illustrations en couleur, 34 €. Editions Parenthèses.

Commentaires

Vient de paraître : «Une cité-jardin moderne. La Butte-Rouge à Châtenay-Malabry»

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil