En direct

Vient de paraître : «Topo-graphies», de Mehdi Zannad
Marseille... - © Mehdi Zanad

Vient de paraître : «Topo-graphies», de Mehdi Zannad

JACQUES-FRANCK DEGIOANNI |  le 08/07/2020  |  CultureLivreMarseille

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Architecture
Culture
Livre
Marseille
Valider

Architecte, musicien, dessinateur et graveur, Mehdi Zannad, né en 1971, enseigne le dessin d’architecture. Après avoir consacré un carnet à Montreuil (Seine-Saint-Denis) il investit, dans ce nouvel opus, les rues de Marseille…

Dans Le Poète assassiné (Guillaume Apollinaire), Tristouse Ballerinette dit à Croniamantal : «Elle est la laideur et la beauté ; elle est comme tout ce que nous aimons aujourd’hui.» Ainsi de la ville de Marseille, belle et brutale à la fois, violente et contrastée, à laquelle l’imagier en noir et blanc de Mehdi Zannad, publié aujourd'hui aux éditions Parenthèses, rend hommage.

Au fil des mois, Mehdi Zannad a noirci les pages de son carnet Moleskine, format 9×14 cm : c’est ce que ce livre donne à voir, en restituant l’intégralité de ses croquis de paysage urbain. Mais l'ouvrage offre également à son auteur l’occasion d’une réflexion sur sa technique personnelle, sur sa méthode :

«Je me suis imposé une règle : remplir quarante doubles pages d’un carnet, sans repentir, produire un flux régulier d’images, de visions, tel le continuum de mots tracés sur le rouleau-parchemin de Sur la route de Jack Kerouac, mais dans une immobilité tenace. Il s’agit de rester suffisamment longtemps sur un site pour capter toutes les subtilités du paysage, armé d’un feutre et d’un calepin. Les dessins surgissent des pages ouvertes, défilent comme une série d’instantanés de la ville, une empreinte urbaine tatouée sur le papier, le fruit d’un street art contemplatif et solitaire.
Debout, le carnet tenu vertical à bout de bras, sans esquisse préparatoire, la composition s’impose d’elle-même ; elle se dégage progressivement des lignes qui s’entrecroisent et font coïncider deux structures : celle du dehors et celle de la feuille. La lenteur des poses permet de capter les changements de lumière. Au bout de quelque temps, certains bâtiments, invisibles dans l’ombre, apparaissent.»

Topo-graphies, de Mehdi Zannad, 24×18,5 cm, 120 p., 32 euros. Aux éditions Parenthèses.

Commentaires

Vient de paraître : «Topo-graphies», de Mehdi Zannad

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Date de parution : 08/2020

Voir

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Date de parution : 08/2020

Voir

Montage d’une opération immobilière privée

Montage d’une opération immobilière privée

Date de parution : 07/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur