En direct

Vient de paraître : «L’hypothèse collaborative»
"L'hypothèse collaborative", un utile mode d'emploi des collectifs d'architectes à l'usage des acteurs plus classiques de la construction - © Le Moniteur

Vient de paraître : «L’hypothèse collaborative»

Service architecture et urbanisme |  le 03/09/2018  |  ProfessionMaîtrise d'œuvreBiennale de VeniseLivre

L’ouvrage publié en mai est un véritable Who’s who des collectifs d’architectes français. Réalisé sous la direction de l’agence Atelier Georges et de l’architecte Mathias Rollot, il donne la parole à une vingtaine de ces structures qui envisagent autrement la fabrique de la ville.

Ils portent des noms aussi joyeusement énigmatiques que Bruit du frigo, Echelle inconnue, Saprohytes ou Encore Heureux et leurs membres se présentent volontiers comme les pratiquants d’une architecture plus raisonnable, artisanale, démocratique ou même festive. Mais au-delà de leur réputation de saltimbanques de la construction, que sont vraiment les collectifs d’architectes ? « L’hypothèse collaborative », ouvrage réalisé sous la direction des paysagistes, urbanistes et architectes d’Atelier Georges et de Mathias Rollot, lui architecte indépendant, permet de mieux comprendre cette pratique alternative apparue dès les années 1990.

Portée par des maîtres d’œuvre et autres professionnels désireux de prendre part d’une manière moins individuelle à la fabrique de la ville, elle favorise l’expérimentation, la concertation réelle avec les usagers et le partage des connaissances, mais encore l’appropriation de l’espace public ou le recyclage de l’existant.

 

Militants et marginaux ?

 

Publié en mai dernier, au moment même où, à la Biennale de Venise, le pavillon français mettait à l’honneur le travail de tels collectifs, ce petit livre rouge compile des entretiens avec une vingtaine de formations françaises. En complément, les auteurs ont collecté les témoignages d’acteurs plus « classiques » de la construction qui, désormais, cherchent à collaborer avec ceux qui ne sont « plus seulement des amuseurs qui installent des ballons gonflés à l’hélium » pour reprendre la formule de Nicola Delon d’Encore Heureux.

Le livre pose aussi quelques questions essentielles. Ainsi l’architecte-sociologue Elise Macaire s'interroge : « le lien à l’économie sociale et solidaire va-t-il s’affirmer ? (…) La commande publique qui vise ces pratiques a-t-elle la possibilité de soutenir leur professionnalisation ou va-t-elle les maintenir dans un certain niveau de précariat ? » En somme, les collectifs sont-ils voués à demeurer l’affaire de quelques militants un peu marginaux ?

« L’hypothèse collaborative – Conversation avec les collectifs d’architectes français » aux Editions Hyperville, 288 pages, 25 €.

Commentaires

Vient de paraître : «L’hypothèse collaborative»

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Livre

Prix : 65.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Aide-mémoire - Ouvrages en béton armé

Aide-mémoire - Ouvrages en béton armé

Livre

Prix : 35.00 €

Auteur : Dunod, Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX