En direct

Vidange de haut vol pour le barrage de Champagney

christian robischon |  le 16/03/2018  |  Collectivités localesBâtimentHaute-SaôneFrance entièreOuvrage d'art

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Bâtiment
Haute-Saône
France entière
Ouvrage d'art
Valider
Haute-Saône -

Aouvrage imposant, réponses techniques de haut niveau. La vidange décennale en cours d'achèvement du barrage de Champagney (Haute-Saône) aura mobilisé le savoir-faire d'entreprises régionales et nationales dans le génie civil en milieu hydraulique, sur l'un des cinq plus grands ouvrages-réservoirs de France. Long de 785 m dont 670 m en maçonnerie, il stocke 13 millions de m3 .

Etanchéification des joints. Le vosgien Peduzzi (groupe Livio) a installé une troisième vanne de sécurité sur la prise d'eau inférieure et construit un ouvrage de visite de la bonde de vidange au fond du barrage, soit 36 m sous la digue. « Ce batardeau a requis des voiles béton jusqu'à 42 cm d'épaisseur », relève Julien Laroyenne, chargé d'affaires chez Peduzzi. A l'avenir, il permettra l'inspection des organes du barrage sans nécessiter sa vidange complète. Peduzzi a réalisé ces travaux aux côtés de la PME charentaise Rouby pour la serrurerie et le franc-comtois Gomez Technologies-Itesya pour l'électricité. En solo, il a également sécurisé la conduite destinée à la production d'hydroélectricité, qui n'avait jamais été utilisée depuis la mise en service du barrage en 1932.

Par ailleurs, le traitement des joints de dilatation et des fissures est revenu au lyonnais Notari. L'entreprise a étanchéifié ces joints, qui sont d'origine, au moyen d'une membrane en PVC capable de s'allonger de 600 %, et colmaté les fissures du « masque Lévy », une paroi de renfort en béton caractéristique des barrages de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Des nacelles suspendues ont dû être utilisées pour intervenir sur la pente abrupte, proche de l'angle droit.

Des pieux pour éviter les obstructions. Placée sous la maîtrise d'œuvre d'Artelia, cette vidange réglementaire a représenté un investissement de 1,1 M€ HT, avant prise en compte des avenants. Voies navigables de France (VNF) remettra un dernier lot en consultation ce printemps, pour la révision de l'organe d'écrêtage des crues et l'installation de pieux contre l'obstruction par des éléments flottants. La localisation de ces travaux à l'extrémité ouest du barrage n'empêche pas d'engager sa remise en eau : celle-ci doit débuter le mois prochain.

PHOTO - 11976_733782_k2_k1_1744397.jpg
PHOTO - 11976_733782_k2_k1_1744397.jpg - © VNF

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur