Etat et collectivités

Veto de Paris au Pentagone de Balard

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Collectivités locales - Gouvernement

Le Conseil de Paris a voté mardi 7 février, sans les voix de la droite, contre le projet d’installation du futur ministère de la Défense sur le site de Balard (XVe), la mairie conditionnant son aval à la création de 500 logements.

« Tu ne veux pas de mes voies sur berges, tu n’auras pas ton Pentagone à la française ! ». La guerre d’influence que se livrent depuis plusieurs semaines la Ville de Paris et l’Etat en la personne de François Fillon, a vu mardi 7 février la riposte musclée de l’équipe du maire Bertrand Delanoë.

La ville, qui réclame la libération d’un terrain RATP (non prévue dans le projet actuel) rue de la Croix Nivert pour y construire 500 logements dont au moins la moitié de logements sociaux, a mis à exécution la menace de Bertrand Delanoë –  « Il n’y aura pas de Pentagone, je m’y opposerai de toutes mes forces, s’il n’y a pas notamment ces 500 logements, ce serait un crime pour Paris que de faire ce ministère de la Défense en sacrifiant 500 logements indispensables à Paris et au XVe arrondissement » – a donc voté contre le projet d’installation du futur ministère de la Défense.

Un vote qui a bien entendu rendu furieuse l’UMP parisienne que la première adjointe au maire, Anne Hidalgo, rend responsable de ce blocage. Selon elle la droite « refuse » sans cesse la construction de logement sociaux. « Faux » a répondu le maire du XVe, Philippe Goujon, qui assure que son arrondissement a construit 2.000 logements sociaux depuis 2008 et atteint les 15% sur les 20% réclamés par la loi SRU à l’horizon 2020.

Et maintenant ?

Reste que malgré le veto parisien, le projet de « Pentagone » piloté par l’Etat peut techniquement continuer. L’Etat peut demander comme il en a le droit, à la préfecture de s’acquitter des formalités à la place de la mairie (modification du PLU et délivrance du permis de construire). Bertrand Delanoë évoque d’ores et déjà des recours. Mais il faudra bien trouver un terrain d’entente. Le ministère de la Défense propose une parcelle proche de l’héliport qui jouxte Balard.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X