En direct

Vers un « ring de l'eau » ?

le 17/11/2017  |  SantéConjonctureTechniqueBâtimentEnvironnement

André Santini, président du Sedif, veut relier entre elles les usines de production d'eau potable de la région parisienne.

S'appuyant sur un rapport de la chambre régionale des comptes, qui s'interroge sur le bon échelon de gestion du service de l'eau en région parisienne, le président du Syndicat des eaux d'Ile-de-France (Sedif), André Santini, a récemment suggéré de transférer cette compétence à la métropole et de constituer un « ring de l'eau » autour du Grand Paris, « à l'image du réseau de transport en commun en cours de réalisation [le Grand Paris Express] ou de la desserte en électricité de la capitale (RTE) ». A l'instar des trois anneaux routiers (périphérique, A86, Francilienne), ce « ring de l'eau » comprendrait un « ring parisien » (Eau de Paris possède déjà un anneau sous le boulevard des Maréchaux), un « petit » et un « grand » ring interconnectés par des canalisations. Ainsi seraient reliées les usines de production d'eau potable en Ile-de-France au profit de 7,85 millions de consommateurs. Certains barreaux seraient à construire, d'autres emprunteraient des canalisations existantes.

Faire baisser les prix. Avantages du ring de l'eau, selon André Santini : accompagner la réorganisation territoriale en instituant une nouvelle échelle de la production de l'eau ; garantir à toute l'Ile-de-France un accès à la ressource dans la perspective du réchauffement climatique et des crues (celle de la Seine en 2016 a constitué un avertissement) ; être à même de produire l'eau du volet aquatique des JO de 2024. Il permettrait aussi de mutualiser les moyens, donc de maîtriser les coûts, in fine de faire baisser le prix de l'eau et, enfin, de développer des initiatives communes : élaborer une vision hydraulique globale, construire un outil de gestion de crise centralisé, créer une réserve d'eau brute partagée en infiltrant de l'eau en surface dans un aquifère adapté.

« Ce projet suppose un accord entre les quatre opérateurs franciliens », prévient André Santini : Eau de Paris, Sedif, Syndicat intercommunal des eaux de la presqu'île de Gennevilliers et Syndicat mixte pour la gestion du service des eaux de Versailles et Saint-Cloud. Une étude sur ce ring de l'eau doit débuter en janvier. Les résultats seront connus au prochain semestre. « Ce projet suppose par ailleurs le retour sous gouvernance publique des usines privées de production d'eau potable desservant aujourd'hui 3 millions d'habitants, essentiellement en grande couronne », ajoute le président du Sedif. Les travaux pour ce ring de l'eau sont estimés à 500 M€. Selon Christophe Perrod, directeur général des services techniques du Sedif, cette somme, « ramenée à 10 millions d'habitants, n'est pas hors de portée : l'équivalent de un à deux ans d'investissement des quatre opérateurs mais étalé sur une longue période. »

PHOTO - 9964_627343_k2_k1_1511703.jpg
PHOTO - 9964_627343_k2_k1_1511703.jpg

Commentaires

Vers un « ring de l'eau » ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX