En direct

Vers un code de bonne conduite dans la représentation 3D
Les collectivités locales se mettent à l'imagerie 3D - © © LeMoniteur.fr

Vers un code de bonne conduite dans la représentation 3D

Jean-Philippe Defawe |  le 13/02/2009  |  Technique

Loading the player ...

La 3D se démocratise. Outil de communication, la 3D est devenue une formidable aide à la conception et à la décision. L'époque des coûteux films 3D réalisés uniquement à des fins de promotion est donc (presque) révolue.

Au dernier salon Imagina, qui s'est tenu du 4 au 6 février à Monaco, la tendance était très nettement vers des applications beaucoup plus pragmatiques comme la modélisation des villes en 3D, permettant de multiples applications, notamment en ce qui concerne la concertation publique et l'accompagnement de projet. Les jeux vidéo comme Sim City, les univers virtuels de type Second life ou encore l'approche géographique – très intuitive - véhiculée par des outils comme Google Earth ou le Géoportail d'IGN ne sont certainement pas pour rien dans ce retournement de tendance.
Ce sont les collectivités locales qui ont été parmi les premières à prendre le train en marche. Pour certaines d'entre-elles, la 3D est un instrument majeur en matière de politiques publiques. Les applications permettent de gérer aussi bien le territoire au quotidien, que de mieux comprendre (et faire comprendre) les projets d'aménagement. Mais surtout, la modélisation d'un territoire en 3D est un formidable outil d'aide à la décision pour les élus.

"La ville du Havre a constitué dès 2001 une maquette virtuelle en 3D et depuis, elle est exploitée dans de nombreux projets car elle permet d'avoir une compréhension plus intuitive du territoire existant" explique Olivier Banaszak, responsable du service SIGU (système d'information géographique urbain) de la ville du Havre. De l'urbanisme à la voirie en passant par les permis de construire, les grands projets de la ville ou la communication… de nombreux services sont concernés. La maquette virtuelle va ainsi aider les services interne dans l'analyse du projet, elle permettra de faire des propositions aux élus, aux directeurs et aux bailleurs pour les aider dans les prises de décision et enfin, des "morceaux" de cette maquette virtuelle pourront être extraits et utilisés pour réaliser des films de simulation ou des visuels afin de présenter les opérations aux habitants.
A Montpellier, une grande partie de la maquette 3D de la ville est même accessible sur Internet (www.montepellier.fr). Un procédé original a permis d'élaborer progressivement un photomodèle urbain (maquette numérique tridimentionnelle d'aspect photographique) qui représente un instantané photographique de la ville en 3D avec un rendu uniforme et précis. "Ce photomodèle urbain sera diffusé dans son intégralité sur Internet dès cet été" promet-on à la Ville de Montpellier.
De son côté, le Conseil général des Alpes-Maritimes va ouvrir très prochainement "le premier portail numérique des territoires à offrir gratuitement un service communautaire interopérable de données". Baptisé le portail numérique des territoires des Alpes-Maritimes, "il représente une mutualisation des moyens et des compétences sans précédent dans le monde des collectivités locales au service de l’action territoriale" affirme-t-on au Conseil Général. Au menu : visualisation et récupération des données cartographiques ; interaction et interopérabilité 2D et 3 D; calculs et mesures de distances, d’aires, de visibilité, d’itinéraires ; services GPS, GSM et des échanges pour enrichir la base de données.

Le Havre, Montpellier, le conseil général des Alpes Maritimes ou encore l'agglomération du Beauvaisis et le canton de Genève (voir reportage vidéo)… ces collectivités ont bien compris que l'intérêt d'une modélisation en 3D d'un territoire n'était pas uniquement pour en faire des produits de communication. Les enjeux de la donnée 3D dépassent largement cette seule exploitation.
Reste que ce soit à des fins d'aide à la décision ou de communication, la tentation d'enjoliver artificiellement la réalité est grande. Aussi les professionnels devront faire preuve de déontologie. A Genève, on réfléchit déjà une charte d'éthique 3D. "L'administration publique a besoin de données et d'images qui ne travestissent pas la réalité, afin de se prémunir de prises de décision insuffisamment fondées ou même inadéquates" peut-on lire dans le projet qui a été présenté à Imagina. Ce projet est présenté sur le forum www.geowebforum.ch et prochainement sur www.clubrge.fr, le portail des utilisateurs du référentiel
à grande échelle de l’IGN. A suivre.

Montage à partir de vues 3D de l'aménagement de la plaine de Plainpalais à Genève.
Montage à partir de vues 3D de l'aménagement de la plaine de Plainpalais à Genève.

Commentaires

Vers un code de bonne conduite dans la représentation 3D

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX