En direct

Veolia et Abertis envisageraient une OPA sur Vinci

Defawe Philippe |  le 13/06/2006  |  InternationalTransportsFrance Europe

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

International
Entreprises
Transports
France
Europe
Valider

Le groupe espagnol de concessions d'autoroutes Abertis et le groupe français Veolia envisagent de lancer une offensive pour acheter le géant français du BTP et des concessions Vinci. Cette information a toutefois été aussitôt démentie par Abertis. Selon le Figaro, qui a publié l'information mardi matin, l'ex-PDG de Vinci Antoine Zacharias, qui vient d'être évincé de la direction du groupe, participerait au projet et pourrait ainsi prendre sa revanche.
Le quotidien économique espagnol El Economista se fait aussi mardi l'écho de cette rumeur, en citant "des sources proches de l'entreprise française".

D'après les quotidiens, Veolia envisage de lancer une offre publique d'échange (OPE) ou une offre publique d'achat (OPA) sur le numéro un mondial de la construction et des concessions, et s'allierait à l'espagnol Abertis.
Ce dernier est en train de finaliser le rachat de son concurrent italien Autostrade et est donc en passe de devenir le numéro un mondial de la gestion d'autoroutes.
Ils entendent se partager les actifs du français, qui pèse 17,3 milliards d'euros en Bourse et qui a racheté en décembre les Autoroutes du sud de la France (ASF).

Une telle opération permettrait aussi à Veolia, qui espérait reprendre les activités environnement de Suez si le projet de rachat d'Enel sur le groupe énergétique avait réussi, de trouver une autre opportunité de croissance externe.

Selon les observateurs du marché financiers, ce scénario semble toutefois peu probable. "Le coût de l'opération déséquilibrerait significativement le bilan de Veolia : compte-tenu d'une valorisation des métiers de la construction d'environ 4 mds EUR et d'une dette nette avant opération estimée à 11,3 mds EUR en 2006, le ratio dettes sur fonds propres de Veolia atteindrait 247% après opération, contre 182% avant" fait remarquer un courtier.

Pour Ixis Securities, un autre courtier, "cette éventuelle opération de croissance externe est surprenante, Veolia ayant déclaré ne pas vouloir se diversifier dans un 5e métier concessif ». Le seul actif intéressant de Vinci apparaît être la branche Services à l'Energie. Selon le courtier, cette division réalise 3,5 mds de chiffre d'affaires dont les deux-tiers en France à partir d'un kyrielle de PME, avec une marge opérationnelle de 5% à fin 2005, contre 6,1% chez Veolia, emploie 27 000 personnes et possède une quote-part de dette nette de 518 M EUR".

Reste que le groupe espagnol de concessions d'autoroutes Abertis a "démenti formellement" mardi l'intention de lancer une OPA sur le français Vinci, que lui prête notamment le quotidien français Le Figaro.
"Nous apportons un démenti formel et vigoureux à ces informations", a indiqué une porte-parole d'Abertis.
"A l'heure actuelle, notre seule opération est en Italie, il n'en existe pas d'autre", a-t-elle ajouté en référence à la finalisation par Abertis du rachat de son concurrent italien Autostrade, qui fera de l'espagnol le numéro un mondial de la gestion d'autoroutes.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit de l'Aménagement, de l'Urbanisme, de l'Habitat – 2020

Droit de l'Aménagement, de l'Urbanisme, de l'Habitat – 2020

Date de parution : 09/2020

Voir

Villes et territoires de l’après-pétrole 

Villes et territoires de l’après-pétrole

Date de parution : 08/2020

Voir

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Date de parution : 08/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur