Logement

Vefa : Roxim lance une offre « satisfait ou remboursé »

Mots clés : Gestion et opérations immobilières

Le promoteur montpelliérain lance une nouvelle formule de Vefa, destinée à rassurer les primo-accédants. En cas d’insatisfaction des acheteurs, Roxim leur promet un remboursement comptant.

Roxim se démarque avec une formule exclusive. Le promoteur montpelliérain a annoncé ce mardi le lancement d’une nouvelle offre « satisfait ou remboursé » sur des programmes immobiliers commercialisés en Vefa. Le but : rassurer les primo-accédants, souvent réticents à l’idée d’acquérir un bien sur plan.

A tout moment avant la remise des clés, l’acheteur peut ainsi exiger d’être remboursé de la totalité de ce qu’il a payé pour l’acquisition du bien, à l’exclusion de tous les autres frais. S’il choisit cette option, il lui restera donc à s’acquitter des frais de notaires. « Mais dans ce cas, nous devrons aussi nous acquitter des nôtres », rappelle Marc Pigeon, président de Roxim. Les biens éventuellement rachetés par le promoteur seront soit revendus soit conservés et proposés à la location.

 

Primo-accédants éligibles au PTZ


« Ce dispositif s’adresse à des primo-accédants ayant eu recours au PTZ, et dont l’apport personnel est inférieur à 40 % », détaille Marc Pigeon. La société familiale, pionnière sur ce type d’offre, justifie ce positionnement par l’importance du « rôle social » des promoteurs immobiliers. Son fondateur et président rappelle en effet « le décalage croissant entre les prix de l’immobilier et le pouvoir d’achat des ménages dans leur ensemble ». « Sans compter qu’il existe des freins psychologiques et financiers propres à l’achat sur plan », appuie Anaïs Thourot, directrice générale de Roxim.

Baptisé « Les Grisettes », le premier programme immobilier à profiter de cette offre est situé à Montpellier. Trois autres opérations suivront, l’une construite Saint Martin-du-Var, à 10 km de Nice, et les deux autres à Fréjus, dans le Var.  « Au total, le concept sera étendu à 200 logements », détaille Marc Pigeon. « Les biens concernés en zone A devraient afficher un prix de sortie compris entre 2800 et 3400 euros le m² », précise Anaïs Thourot.

 

Un risque mesuré pour le promoteur

Malgré le risque inhérent à une telle formule, le promoteur parvient à rassurer les banques. « Roxim affiche beaucoup de fonds propres et occupe une bonne place au classement de la Banque de France », estime l’ancien président de la FPI. Il s’appuie également sur un taux de satisfaction de 94 % de ses clients. « Les acheteurs sont également 91 % à déclarer être prêts à recommander nos services », renchérit Marc Pigeon.

« C’est également la petite échelle à laquelle nous fonctionnons qui nous permet de proposer cela », ajoute Anaïs Thourot, qui indique vérifier les plans élaborés par les architectes de chaque projet. L’objectif visé n’est donc pas d’augmenter le volume de commercialisation. « Nous souhaitons conserver un niveau de ventes global de 300 à 400 logements en 2017 », précise Marc Pigeon.

 

Focus

Plus loin que la garantie légale

La législation encadrant l’achat en Vefa prévoit qu’un acquéreur puisse refuser de prendre possession d’un logement s’il constate des « défauts de conformité » importants, empêchant d’habiter celui-ci. Il n’y a alors pas de remise des clés ni de paiement du solde du prix du bien, tant que les réparations n’ont pas été effectuées.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X