En direct

Valoriser les parcs et libérer le sol des nappes de voitures
Exemple du nouveau type d’habitat qui sera mis en oeuvre dans la ZAC du Bas-Clichy. Ici, 56 logements sociaux lancés par le bailleur I3F et conçus par MFR, ont été achevés fin novembre. - © AXEL DAHL

Valoriser les parcs et libérer le sol des nappes de voitures

le 07/12/2018  |  Seine-Saint-DenisEspaces vertsRénovation

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Urbanisme
Seine-Saint-Denis
Espaces verts
Rénovation
Valider

Depuis une dizaine d'années, la Ville de Clichy-sous-Bois, profitant de l'arrivée programmée du tramway T4, réfléchit à la création d'un centre-ville dans le Bas-Clichy. En 2013, les élus adoptent un premier schéma de principe élaboré par l'architecte urbaniste Laurent Bécard. La création de l'Orcod-IN, deux ans plus tard, conduit à revoir l'ambition du projet à la hausse. L'établissement public foncier d'Ile-de-France (Epfif) confie alors une nouvelle étude à l'équipe composée des agences Base (paysagistes, mandataire) et Lambert Lénack (architectes urbanistes). « Au préalable, l'Epfif nous avait déjà demandé de réinterroger la dimension paysagère du plan de Laurent Bécard. Le site du Bas-Clichy est très ouvert, composé de près de 50 % d'espaces verts. Mais on ne les voit pas, on ne les identifie pas car ce sont des espaces résiduels et/ou qui ne correspondent plus aux usages actuels », décrit Clément Willemin, l'un des fondateurs de Base.

« Renverser l'image du quartier ». De là découle la première idée-force du projet. Elle vise à mettre en réseau, sous la forme d'une grande boucle, le système de « parcs » du quartier : le parc de la mairie, « jardin romantique dessiné par Brongniart agrémenté d'un étang et de fausses grottes mais peu fréquenté par les habitants », détaille Olivier Klein, maire de Clichy-sous-Bois ; la Pelouse nord qui correspond aux délaissés du projet avorté de l'A87 ; le bois de la Lorette… « Nous nous appuyons sur les atouts du quartier pour créer une attractivité, renverser son image », commente Etienne Lénack.

Le groupement propose ensuite de libérer le sol en supprimant les nappes de parking. « Nous jouons avec la topographie du lieu pour fabriquer des plates-formes sous lesquelles les habitants pourront garer leur voiture. Ces espaces de stationnement, situés à rez-de-chaussée des immeubles ou semi-enterrés selon la pente du terrain, seront lumineux et donc non anxiogènes », précise Etienne Lénack. Les concepteurs suggèrent aussi de ne créer aucun logement au rez-de-chaussée des bâtiments sauf en cœur d'îlot. Pour structurer le quartier, ils préconisent de rouvrir la diagonale nord-sud, « héritage du plan de Zehrfuss qui mettra en relation le pôle mairie-nouveau conservatoire et le boulevard Gagarine », ajoute l'architecte urbaniste.

Par ailleurs, l'urbanisme de barres cédera la place à des bâtiments en R + 5, voire R + 6, de tailles variées et aux volumes plus fragmentés. « Nous avons aussi réfléchi à la manière dont on pouvait différencier l'ambiance urbaine autour des deux stations du tramway », indique Clément Willemin. « Nous allons créer une rue commerçante le long du T4 : les commerces en rez-de-chaussée remplaceront les deux centres commerciaux du quartier qui seront démolis », précise Joëlle Boneu, directrice des Orcod-IN à l'Epfif.

Aujourd'hui, la mission de Base/Lambert Lénack est terminée. Une fois désigné, l'aménageur devrait lancer une consultation pour choisir l'architecte-urbaniste coordonnateur de la ZAC du Bas-Clichy, maître d'œuvre des espaces publics qui aura à préciser le plan-guide. Sans attendre, les élus et l'Epfif veulent engager les premières opérations d'habitat. Fin novembre, le bailleur I3F a achevé 56 logements sociaux. Deux autres programmes prendront place sur les emprises libérées par la destruction de la barre Ronsard (2019) et du centre commercial des Genettes. « Nous espérons les livrer d'ici à 2022, avant le lancement de la première grande phase de démolition », conclut Joëlle Boneu.

PHOTO - 16010_962333_k3_k1_2236714.jpg
Les agences Base et Lambert Lénack suggèrent de créer des espaces de stationnement qui, selon la pente du terrain, sont situés au rez-de-chaussée des immeubles ou semi-enterrés. - © DOCUMENTS : BASE + LAMBERT LÉNACK

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Date de parution : 11/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur