En direct

Val de Marne Un bouclage à 3,4 milliards de francs pour l'A86 Est

NATHALIE MOUTARDE |  le 04/04/1997  |  AménagementTransportsDroit de l'environnementVal-de-MarneMarne

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Aménagement
Transports
Droit de l'environnement
Val-de-Marne
Marne
Var
Architecture
Urbanisme
Réglementation
Valider

-Le projet prévoit la construction d'un tronçon de 3,9 km, entre Maisons-Alfort et Nogent-sur-Marne. -Les travaux pourraient démarrer en 1999 et se prolonger sur une douzaine d'années.

Dans le Val-de-Marne, entre l'échangeur de Saint-Maurice et la bifurcation de Nogent, sur 3,5 km environ, l'A86 se branche sur l'autoroute A4. L'imbrication des flux de circulation, de l'ordre de 250 000 véhicules par jour, génère d'importants encombrements et la circulation qui ne peut s'écouler sur l'autoroute se reporte largement sur la voirie locale. « Nous avons calculé que les automobilistes perdent chaque jour 90 000 heures dans les embouteillages, souligne Hubert Fontanel, chef de l'arrondissement des études et des grands travaux à la direction départementale de l'équipement du Val-de-Marne. Ce tronçon de l'A4 est aujourd'hui embouteillé 5 h par jour et le sera plus de 10 h en 2003 si rien n'est fait. La construction de ce « chaînon manquant » est vraiment indispensable car il permettra d'écouler jusqu'à 12 000 véhicules supplémentaires par heure en résorbant les bouchons actuels et futurs ».

Le projet, soumis à enquête publique depuis le 25 mars et jusqu'au 24 mai, d'une longueur de 3,9 km, se décompose en quatre séquences (voir carte).

Au total, 1,3 km seront réalisés en tranchée couverte ou en souterrain. Selon Hubert Fontanel, ce chantier présente trois difficultés principales : l'élargissement des viaducs ; la reprise en sous-oeuvre des fondations de la station RER de Joinville et la traversée sous-fluviale de la Marne (une technique déjà utilisée à Nogent-sur-Marne, à la fin des années 80). Pour assurer une meilleure protection de l'environnement, les eaux pluviales et les pollutions accidentelles sur l'A86 mais aussi sur l'A4 seront recueillies et traitées dans quatre stations. Jusqu'alors ces ruissellements étaient directement rejetés dans la Marne. Un gros effort sera également consenti en matière d'aménagement paysager (voir encadré).

Au total, le bouclage de l'A86 Est est estimé à 3,4 milliards de francs. « Les 400 millions inscrits dans l'actuel contrat de plan, financés par la région à hauteur de 70 % et par l'Etat à hauteur de 30 %, nous permettront de réaliser les études et de lancer les premiers travaux, poursuit Hubert Fontanel. Le financement de ce projet il constituera l'un des grands enjeux du XIIe contrat de Plan. »

Les travaux devraient être lancés dans le courant de 1999. « Il faut compter six ans par sens, soit une douzaine d'années au total, précise le chef de l'arrondissement opérationnel des études et des grands travaux. Des possibilités de recouvrement existent. En fait, le phasage du chantier dépendra des capacités de financement des deux partenaires. » Compte tenu de la longueur des travaux, des dispositions ont d'ores et déjà été prises avec les riverains pour en atténuer les nuisances.

La déclaration d'utilité publique devrait intervenir dans dix-huit mois.

Des opérations complémentaires : D'autres projets sont lancés parallèlement au bouclage de l'A86 Est :

la protection phonique de l'A4, dans sa traversée de Charenton, Saint-Maurice ;

l'élargissement du pont de Nogent de cinq à sept voies. Ce projet en est au stade de l'avant projet sommaire. Son coût est estimé à 60 millions de francs ;

à terme, le passage de quatre à cinq voies de l'A4 entre le pont de Nogent et Marne-la-Vallée.

Petit historique

Le projet de bouclage de l'A86 est entre Maisons-Alfort et Nogent-sur-Marne remonte aux années 80. La première version prévoyait le franchissement de la Marne à Joinville-le-Pont au moyen d'un viaduc. Mais elle a fait l'objet d'une déclaration d'utilité publique négative en 1989. En 1991, le conseil régional prenait une délibération qui visait à couvrir le viaduc et s'engageait à cet effet à apporter 280 millions de francs supplémentaires. En janvier 1994, le ministre de l'Equipement se prononçait en faveur de la solution souterraine. « Outre le passage en sous-fluvial de la Marne, la version proposée aujourd'hui est beaucoup mieux intégrée dans l'environnement », commente Hubert Fontanel.

TRACE : Le projet,d'une longueur de 3,9 km, se décompose en quatre sous-sections : à Maisons-Alfort et à Saint-Maurice, les deux viaducs actuels qui relient l'A86 et l'A4 seront élargis pour accueillir une troisième voie et permettre l'installation de murs antibruit plus efficaces en bordure du bois de Vincennes, deux nouvelles chaussées à trois voies seront aménagées de part et d'autre de l'A4, au même niveau. Les talus seront remodelés, améliorés, équipés de protections acoustiques et reboisés d'abord en tranchées couvertes puis en souterrain, l'A86 passera sous la Marne et restera invisible durant toute la traversée de Joinville-le-Pont à Champigny-sur-Marne, elle ressortira à l'air libre pour permettre les échanges avec l'A4 (sans occuper de surface supplémentaire) avant de se raccorder à l'actuelle section d'A86 à Nogent-sur-Marne.

Une meilleure intégration dans l'environnement

« L'environnement est au coeur de ce projet », déclare Hubert Fontanel. Ce tronçon de l'A86 traverse en effet des zones très urbanisées mais aussi deux sites classés : le bois de Vincennes et le parc du Tremblay. Trois équipes, composées d'architectes, d'urbanistes ou de paysagistes ont été désignées par la DDE du Val-de-Marne pour améliorer le cadre de vie des communes traversées.

Cuno Brullmann (mandataire) intervient, à la suite d'un concours de conception, sur la reconstitution des franges du bois de Vincennes et sur l'intégration de l'usine de ventilation.

Jean Salomon et Marc Voisin sont lauréats d'une consultation qui vise à recréer une continuité urbaine dans le quartier de Polangis.

Thomas Mac Auley et Stéphane Quenouille sont titulaires d'une mission de paysage sur les emprises autoroutières dans le parc du Tremblay.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Conception et mise en œuvre des garde-corps

Conception et mise en œuvre des garde-corps

Date de parution : 05/2020

Voir

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 05/2020

Voir

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur