En direct

VAL-D'OISE La requalification des parcs d'activités est amorcée

VERONIQUE DE JACQUELOT |  le 29/06/2001  |  Val-d'OiseFrance Collectivités localesAménagementMaîtrise d'ouvrage

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Val-d'Oise
France
Collectivités locales
Aménagement
Maîtrise d'ouvrage
Yvelines
Architecture
Valider

Convention de partenariat entre Conseil Général et CCI Val-d'Oise/Yvelines

Mieux vaut prévenir que guérir. Pour éviter que ses parcs d'activités ne se paupérisent, le Val-d'Oise a entrepris de les requalifier. Le conseil général et la chambre de commerce et d'industrie (CCI) Versailles, Val-d'Oise/Yvelines ont signé à cet effet une convention de partenariat. Le Syndicat d'agglomération nouvelle (SAN) de Cergy-Pontoise et la communauté de communes du Val de France (Sarcelles/Villers-le-Bel) ont démarré le processus dès 1999. 29 zones sur 86 sont entrées dans la démarche. A elles seules, elles représentent 75 % du potentiel d'activité du département.

A Taverny, Beauchamp et Pierrelaye Est, l'initiative de la CCI et du département aura servi là comme ailleurs de détonateur. Intéressées par l'offre d'aides (jusqu'à 75 000 francs pour les études + 25 000 francs maximum l'hectare), les trois communes se sont concertées avec l'Association des industriels de Beauchamp-Taverny (AIBT) pour définir des objectifs communs et une charte de qualité. L'enjeu : avec leurs 6 000 emplois et 250 entreprises, les trois zones occupent la cinquième place du département. Jusqu'ici, rien ne les fédérait. Presque achevée, l'étude-diagnostic (économie, fonctionnement, architecture) laisse apparaître des faiblesses récurrentes. La voirie d'abord : si le problème le plus criant - l'accès direct à l'A115 prévu fin 2002 - est extérieur aux zones, la circulation interne et la signalétique sont à revoir. La sécurité ensuite et la lutte contre une certaine délinquance (parking sauvage)... L'environnement enfin et l'entretien de certains bâtiments...

En application de la charte de qualité, un plan de requalification sur quatre ou cinq ans va être programmé. Aucun chiffrage n'a encore été réalisé. Parallèlement, le SAN, plus avancé, dispose de 70 millions de francs (10,67 millions d'euros) pour transformer en six ans les dix zones (663 ha à requalifier sur 950/1 300 entreprises) dont il a la charge. Apportée par le conseil régional, le département et les communes, cette manne permettra une requalification point par point. Sans doute le Val-de-France a-t-il créé l'émulation puisque 17 zones d'activités lui ont emboîté le pas.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil