En direct

Urbanistes l'Etat dit oui à la qualification

Laurent Miguet |  le 05/09/1997  |  Formation BTPEntreprisesAménagementAssociationsDroit de l'urbanisme

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Formation BTP
Entreprises
Aménagement
Associations
Droit de l'urbanisme
Paris
France
Alpes-Maritimes
Hérault
Europe
Architecture
Urbanisme
Réglementation
Valider

-L'annonce de la création « très rapide » d'un Office public de qualification (OPQ) des urbanistes a dominé les secondes universités d'été du Conseil français des urbanistes (CFDU) qui se sont tenues du 28 au 30 août à Nancy.

« Je confirme officiellement et de façon solennelle le plein soutien de l'Etat à la création d'un office public de qualification. » Lors de sa première intervention publique, le 29 août à Nancy, Paul Schwach, nouveau directeur de l'aménagement foncier et de l'urbanisme (Dafu), a assorti cette annonce de deux remarques : il reste à achever la rédaction des statuts de l'OPQ ; la définition de la qualification doit demeurer simple et lisible.

« Avec la notion de pré qualification, peut-être avez-vous trop chargé la barque. » Cette « remarque amicale » de Paul Schwach aux urbanistes ne devrait pas empêcher l'OPQ de voir le jour dès la fin de cette année, selon Gérard Blanc, président du CFDU. D'autant que la volonté de l'Etat se conjugue avec celle des maires : Claude Pernés, vice-président de l'association des maires de France (AMF), a interrompu ses vacances à Nice pour afficher son soutien aux urbanistes le 28 août à Nancy. Le lendemain, André Rossinot, président de la Fédération nationale des agences d'urbanisme (Fnau), une des six composantes du CFDU, a relayé l'AMF en ces termes : « Il est essentiel de rendre votre milieu professionnel plus visible aux élus ».

Une exposition Cerda en 1998 à Paris

Forts de cette reconnaissance, les quelque 300 professionnels réunis à Nancy (deux fois plus que l'an dernier à Montpellier) ont saisi l'occasion pour faire le point sur trois grands chantiers : formation, communication et pratiques professionnelles. En formation permanente, les urbanistes oeuvrent à la création d'une université hors les murs.

« Il s'agit d'une part de nous donner les moyens de nous ressourcer, d'autre part de construire une formation diplômante de troisième cycle pour des praticiens de l'urbanisme désireux d'accéder à la qualification. L'Institut d'urbanisme de Grenoble joue un rôle de chef de file dans ce projet, aux côtés de la Dafu et du CFDU », explique Gérard Blanc (1). La Journée mondiale de l'urbanisme, à laquelle les urbanistes entendent donner cette année un faste inédit en France, constituera la première étape de sa stratégie de communication. « Des colloques régionaux se dérouleront durant toute la semaine, qui s'achèvera par une mise en commun à Paris », annonce Claudine Bigoux. Les tablettes de la responsable de la communication du CFDU contiennent aussi deux autres grands dossiers : l'exposition consacrée, en octobre 1998 à Paris, au théoricien espagnol de l'urbanisme Ildefons Cerda, et la contribution de la profession aux célébrations de l'an 2000.

Les participants à l'atelier «Méthodes et pratiques» ont pris connaissance à Nancy des résultats de l'enquête à laquelle ont répondu 106 urbanistes durant l'été : un document destiné à mesurer l'évolution des pratiques depuis 10 ans, à cerner les réalités et à anticiper sur les évolutions. Le dépouillement de cette enquête sert de point de départ au travail de la commission relayée par les délégations régionales, qui se prononcera dans les semaines à venir sur des thèmes de réflexion spécifique.

PHOTO : Durant les débats de l'Université d'été, de gauche à droite, André Rossinot, Gérard Blanc et Paul Schwach

(1) Avec pour thème directeur « Projets de territoires et développement durable », le premier cycle de formation démarre au second semestre de 1997 (durée : un an). Rens. : Josée Jeanneret au 04.76.85.16.70.

Les deux chantiers de Gérard Blanc

Comme militant et comme professionnel, Gérard Blanc jouera gros, durant les trois mois à venir. La création probable de l'Office public de qualification des urbanistes (OPQ) marquera l'aboutissement de près de deux ans de combat pour le président fondateur du CFDU. Son second défi, d'ici à fin 1997, consiste à mettre en place un réseau d'experts capables de mener des expériences comparatives dans des groupes de villes françaises et européennes sur des sujets aussi divers que les zones urbaines denses, les chantiers propres, les risques urbains, l'eau... La mise en place de ce réseau ferait sortir l'Institut national du génie urbain, dont Gérard Blanc a pris la direction à la mi-juilllet, d'un « état de préfiguration » qui, avoue-t-il, dure depuis dix ans. Le dossier est en cours d'instruction à l'Association des maires des grandes villes de France, à l'Association des communautés urbaines de France, à la Fédération nationale des agences d'urbanisme et au ministère de l'Equipement. Infatigable ambassadeur de l'ingénierie urbaine, Gérard Blanc s'apprête à élargir le champ géographique de cette réflexion à l'occasion des Biennales de la planification urbaine européenne ce mois-ci à Rome.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire en pisé

Construire en pisé

Date de parution : 10/2020

Voir

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2020

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2020

Date de parution : 10/2020

Voir

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 10/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil