Culture

« Urbanisme », une revue en danger ?

Née en 1932, la revue verrait son existence menacée par la politique annoncée de son actionnaire unique, la Caisse des Dépôts et Consignations…

Agée de 80 ans, « Urbanisme » est née au moment où la notion même d’urbanisme a commencé à prendre corps. La revue a accompagné depuis toutes les grandes évolutions des villes françaises et étrangères, en donnant la priorité à une approche pluridisciplinaire et en ouvrant ses colonnes aux praticiens, aux décideurs des villes, aux universitaires et aux chercheurs. Elle bénéficie depuis 1987 du soutien de la Caisse des Dépôts qui est devenue, en 1992, son unique actionnaire. Relancée en 1994 sous une formule bimestrielle, la revue connaît une nouvelle évolution à l’automne 2001 avec une maquette transformée et structurée en trois séquences.
A l’heure où les villes sont au cœur du débat public et que la majorité de la population mondiale est désormais urbaine, le comité de rédaction de la revue alerte ses lecteurs sur les menaces qui planeraient sur sa survie…

Focus

L'appel du comité de rédaction de la revue "Urbanisme"

« La revue Urbanisme fête ses 80 ans cette année. 

Cela aurait pu être un grand moment, alors que la majorité des humains sont des urbains et que les villes sont au cœur des politiques publiques.

Qu’en est-il en réalité ?

C’est le moment que choisit la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) pour diviser par deux sa subvention à la revue, dont elle est propriétaire, et pour lancer une restructuration aussi technocratique que dangereuse pour la survie même de la revue.

Tout cela a été lancé très vite, sans concertation ni avec l’éditeur, ni avec l’équipe, ni avec le comité de rédaction, et sans prendre le temps de s’interroger sur la demande croissante que nous constatons à propos des questions urbaines, du logement aux transports en passant par les espaces publics, l’énergie, la sécurité ou la nature en ville.

Quelques éclaircissements s’imposent. Depuis plusieurs années, il est évident pour la rédaction comme pour le Comité de rédaction auquel nous appartenons que la revue doit évoluer : le rôle du numérique, un modèle économique fragile, une internationalisation croissante…Une première expertise lancée par la CDC a été rapidement enterrée. Et, comme  c’est souvent le cas, au lieu de tenir compte de ses conclusions et de les adapter à la spécificité d’une telle revue, un nouvel audit a été commandé à des professionnels étrangers aux sujets urbains.

On a coutume de dire, quand on veut couper un arbre, que l’on demande une expertise sur son état de santé. L’audit reprend, dans ses analyses, des points de vue que nous exprimons depuis longtemps mais fait des propositions qui certes satisfont à court terme son commanditaire mais qui, de notre point de vue, mettent sérieusement en danger la revue.

Nous l’avons dit à plusieurs reprises à nos interlocuteurs de la CDC. D’autres options peuvent être élaborées, discutées. Aucun débat n’a eu lieu, aucun retour. Nous appelons la CDC à se ressaisir, à initier un projet consolidant l’avenir de la revue et à le mettre en débat, notamment avec les membres du comité de rédaction qui consacrent bénévolement du temps à une revue nécessaire et précieuse.

Il est normal que la Caisse des Dépôts et Consignation, grand établissement public, participe au financement d’une revue d’intérêt général dont l’équilibre économique n’est pas acquis. Il est anormal qu’elle ne cherche pas des solutions de manière concertée, avec intelligence et compétence. Ce n’est pas admissible de mettre ainsi en danger la revue Urbanisme. Le processus lancé par la CDC doit être suspendu, pour une évolution féconde et non un enterrement dissimulé. »

Les signataires :
Sophie Body-Gendrot, Frédéric Bonnet, Jean-Pierre Charbonneau, Paul Chemetov, Anne-Michèle Donnet, Jean Frébault, Renaud Le Goix, Michel Lussault, Olivier Mongin, Jean-Marc Offner, Gilles Rabin, Vincent Renard, Jean-Michel Roux, Gérard Salmona, Chris Younes.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Une dégringolade peu étonnante

    En tant qu’urbaniste en activité, j’ai été, une courte année, abonné à la revue. Trop élitiste, en décalage avec la réalité d’une profession largement remise en question par ses cousines (architectes, ingénieurs, paysagistes), la revue n’a pas su prendre le virage professionnel en restant dans des considérations très abstraites, laissant la part belle au projet urbain et la conceptualisation à outrance de tout et n’importe quoi dès lors que le mot urbain apparaissait quelque part. J’espère que la revue saura rebondir en proposant un contenu attractif pour les urbanistes et ne planera plus à 30000.
    Signaler un abus
  • - Le

    Alors que faire sinon hurler ?

    Grand acteur financier au service de la Nation, la Caisse des Dépôts est reconnue pour son rôle économique majeur et pour son utilité sociale en accompagnement des pouvoirs publics nationaux et locaux. Elle progresse aujourd’hui dans la prise en compte de sa responsabilité sociétale sur ces dimensions et, de plus en plus, en matière environnementale…… Cette déclaration est incluse dans la rubrique « partenaires » du site de la revue qui nous est chère… La caisse NOUS appartient, avec nos dépôts d’épargne, nos retraites… A quand une reconnaissance de notre métier d’urbaniste qui ne soit pas la revendication de minorités nuisibles, à quand une démocratie qui assure la participation de tous sans entrave, à quand un pays qui s’organise à partir de de l’adhésion à des projets communs qui assurent le progrès nécessaire à l’assouvissement de notre citoyenneté libérée ?
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X