En direct

Une ville suédoise (presque) sans énergie fossile

ISABELLE DUFFAURE-GALLAIS |  le 09/04/2013  |  ENRGros œuvreInternationalHaute-VienneEurope

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Energie
ENR
Gros œuvre
International
Haute-Vienne
Europe
Valider

La ville de Borås a développé la production d’énergies locales renouvelables et le stockage énergétique  pour alimenter son réseau de chaleur sans avoir recours au pétrole ou au gaz.

La ville suédoise de Borås, à une soixantaine de kilomètres de Göteborg, rêve de devenir une ville zéro énergie fossile. Depuis plusieurs années, cette ville de 105 000 habitants mène une réflexion pour développer un plan alternatif de production d’énergie locale. Déjà pionnière en 1959 avec son réseau de chaleur et en 1984 avec l’introduction des biocombustibles (des copeaux de bois), elle a continuellement poursuivi une démarche de valorisation et modifié ses combustibles pour rendre ses installations plus performantes et plus propres : combustibles issu du tri des déchets, biomasse animale…

 Réseau de chaleur

En 2006, Borås Energi och Miljö, l’entreprise municipale qui assure la gestion des services publics dans les domaines de l’énergie, des déchets et des eaux usées, a confié à Dalkia l’exploitation et la maintenance de ses installations : une centrale de production thermique (biomasse et combustibles de récupération) ainsi que son unité de stockage, une centrale de récupération d’énergie sur eaux usées, des turbines hydrauliques et le réseau de distribution de chaleur de la ville.

« Le dispositif a permis de réduire les gaz à effet de serre d’environ 5 500 tonnes par an, ce qui répond aux objectifs de la ville », confie Pär Carlsson, directeur du développement de Borås Energi och Miljö. Sur une période de cinquante ans, Borås émettra sept fois moins de CO2 que sans ce dispositif.

Evolution continue du mix énergétique

A quelques kilomètres du centre-ville, Ryaverket est une centrale qui produit de la chaleur, de l’électricité et dans une moindre mesure du froid (pour les besoins en air conditionné).

Cette installation, mise en service en 1960, a été optimisée en continu pour améliorer le mix de combustibles utilisés. Dalkia gère également depuis ce site quatre turbines hydro?électriques qui contribuent également à l’alimentation énergétique de la ville. Les besoins en énergie étant très variables sur l’année, le site de Ryaverket adapte son mix combustible : le combustible solide de récupération est utilisé en base l’été, puis complété en automne et en hiver par la biomasse, les pics de froid hivernaux restant assurés par les énergies fossiles.

Stockage d’énergie

Pour minimiser ce recours aux énergies fossiles en période de pic, un dispositif de stockage d’énergie a été mis en place en 2010. Un réservoir de 37 000 m3 et 80 m de haut a été installé sur le site. Cette unité, la plus importante réalisée en Europe, permet de conserver l’énergie produite sous forme d’eau chaude. En période de forte consommation, cette eau chaude est envoyée dans le réseau de chauffage urbain.

« Dalkia est le leader mondial des réseaux de chaleur et de froid, rappelle Philippe Charles, directeur des opérations, avec plus de 800 réseaux collectifs dans le monde. Sa présence s’étend des tours de la Défense à Paris jusqu’en Chine, en passant par Boston, Varsovie, Limoges, Barcelone ou Abu Dhabi. Le groupe gère l’équivalent de 8 000 kilomètres de réseaux et dispose de plus de 30 000 MW de puissance thermique installée. » A Borås, son contrat de 8,3 millions d’euros par an prévoit un partage des profits avec son clients si le résultat est supérieur aux objectifs en termes de productivité et d’émissions de NOx et CO2.

Convertir les transports

Si Dalkia peut aider Borås à éliminer les énergies fossiles pour le chauffage, le rêve de la ville ne sera pas réalisé tant que les transports continueront à consommer majoritairement du pétrole. Les bus municipaux, les camions à ordures et certains taxis roulent déjà au biogaz mais il reste à convertir les entreprises et les habitants. La ville s’y emploie.

Les installations énergétiques gérées par Dalkia pour le compte de Borås Energi och Miljö

Une centrale de production thermique

- 2 chaudières au combustible solide de récupération de 20 MW

- 2 chaudières ‘ biomasse ‘ de 65 MW

- 2 turbines à vapeur fonctionnant en cogénération de 37 MW électrique

Une centrale de récupération d’énergie sur eaux usées

- pompe à chaleur : 9 MW

Un réseau de distribution de chaleur

 - 350 km de canalisations enterrées

-  4 000 sous?stations réparties dans la ville

4 centrales hydro?électriques

- 2 turbines 2,6 MW

- 2 turbines 2,7 MW

- 2 turbines 2 MW

Commentaires

Une ville suédoise (presque) sans énergie fossile

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

Date de parution : 04/2018

Voir

Montage et exploitation d’un projet éolien

Montage et exploitation d’un projet éolien

Date de parution : 05/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur