En direct

Une usine bâtie en trois semaines

CHRISTIANE PERRUCHOT |  le 17/05/2013  |  Collectivités localesTechniqueBâtimentDoubsSavoie

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Technique
Bâtiment
Doubs
Savoie
France entière
Valider
Besançon -

Démarrée le 25 mars en vue d’une inauguration en juin, la construction des nouveaux ateliers de Vibrasens - dans la zone d’activités Temis - s’est achevée le 12 avril pour la partie clos couvert. Pour boucler le chantier en trois semaines, le constructeur de bâtiments clés en main Elmère a mis en œuvre un procédé de préfabrication, dont il vient d’élargir le brevet au plan européen. Réalisés en atelier, les panneaux de façades se fixent sur une structure poteaux-poutres en béton. Ils se composent d’une ossature en bois remplie de 32 cm de laine de roche, avec un parement intérieur en béton d’une épaisseur de 7 cm, et d’un pare-pluie à l’extérieur.

Energie positive

Quatre jours ont suffi à poser les 300 m 2 de panneaux à l’aide d’une grue, sur un soubassement en dalles de béton isolées par l’extérieur. D’une dimension standard de 6 m de large et 3 m de haut pour un poids unitaire de 3,5 t, ces panneaux sont fixés mécaniquement sur les poutres et reliés entre eux par un axe en acier. Chiffré à 1 450 euros HT/m 2 (terrassement compris), l’ouvrage de 800 m 2 coûte plus cher qu’un bâtiment métallique traditionnel. Mais, Ange Brunner, le gérant de Vibrasens, prévoit un retour sur investissement grâce aux économies d’énergie. Les besoins en chauffage sont estimés à 12 kWh/m 2 .an. Avec 240 m 2 de panneaux photovoltaïques sur le toit, le bâtiment produira plus d’énergie qu’il n’en consommera.
« Mis en œuvre pour la première fois sur une charpente en béton précontraint qui joue le rôle de coupe-feu, le procédé développé pour des bâtiments tertiaires et industriels montre sa pertinence pour le logement », affirme Pierre-Emmanuel Litaize, le P-DG d’Elmère.
Une maison individuelle en Côte-d’Or concrétise sa première expérience dans le secteur.

Avis technique attendu

Attendu en juin, un avis technique du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) l’autorisera à se positionner sur les marchés publics et auprès des constructeurs de maisons individuelles. Dans l’immédiat, l’ingénieur en bâtiment peaufine deux autres projets industriels qui devraient prendre place sur la ZAC Temis, à Besançon, et sur la zone Innovia à Dole.
Créée en Savoie en 2009, Elmère a ouvert une agence et installé son siège social à Besançon, en fin d’année dernière, afin de se développer sur le marché de l’est de la France. De 2,4 millions d’euros en 2012, le chiffre d’affaires devrait presque doubler cette année.

PHOTO - 724117.BR.jpg
PHOTO - 724117.BR.jpg - © ELMERE

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

DICOBAT 10 E EDITION

DICOBAT 10 E EDITION

Date de parution : 03/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur