En direct

Une unité autonome pour traiter en profondeur les nids-de-poule

Gilles Rambaud |  le 10/02/2012  |  TransportsEurope

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
Europe
Valider
Entretien -

Ce sera, à n’en pas douter, l’une des stars du prochain salon Intermat. D’ailleurs cette machine y recevra une médaille d’argent au concours de l’innovation, catégorie Matériel de travaux publics. Il s’agit de la Swift de Secmair (filiale du groupe Fayat), une machine conçue pour traiter les nids-de-poule. « C’est une unité autonome qui regroupe tout ce qui est nécessaire pour un traitement sérieux », résume Yvon Gerbel, responsable produit chez Secmair. La ligne directrice est donc la méthode de traitement. Pour que celui-ci soit efficace, il faut d’abord curer la cavité pour atteindre les couches profondes où se situe l’origine du problème. Outil nécessaire : un marteau-piqueur. « Nous avons choisi un marteau hydraulique manuel qui se connecte sur le circuit de la machine, à l’aide d’un long flexible monté sur un enrouleur. » Ce marteau, lourd, se range dans un coffre et s’en extrait à l’aide d’un petit palan. Seconde opération : le nettoyage. « Nous pouvons ajouter une aspiratrice au porteur. Mais cela le rallonge. Pour garder un matériel compact mieux vaut accrocher une petite remorque où l’on déposera les gravats », conseille Yvon Gerbel. Troisième opération : la projection d’une couche d’accrochage. La Swift dispose d’une cuve contenant 2 000 l d’émulsion chauffée qu’elle projette grâce à une lance montée elle aussi sur un enrouleur. Vient alors le rebouchage proprement dit. « Un caisson calorifugé contient 4 m³ d’enrobé, qui est mis en œuvre par une goulotte et une vis sans fin. » Pour ceux qui veulent travailler dans les règles de l’art, une variante existe qui permet de stocker deux qualités différentes, l’une pour la couche de base, l’autre pour la couche de roulement. Vient ensuite le compactage : une plaque vibrante est rangée dans un coffre, comme le marteau, et dispose, elle aussi, d’un palan pour l’en sortir. Enfin : étanchéité et gravillonnage. Après projection de l’émulsion avec la lance, les gravillons sont déposés manuellement. Ils sont stockés dans des bacs situés très bas pour y plonger facilement la pelle. Celle-ci se range dans un grand coffre à accessoires, avec les panneaux de signalisation, une réserve d’eau et un balai pour la touche finale.

PHOTO - 617141.BR.jpg
PHOTO - 617141.BR.jpg - © Groupe Fayat

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

55 outils pour la conduite de chantier

55 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 01/2020

Voir

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur