En direct

Une tour de 400 m décapotable à Kuala Lumpur
Le coût de construction de la tour de 80 étages décapotable proposée par l’agence d’architecture américaine REX est estimé à près d’un demi-milliard de dollars. - © © REX

Une tour de 400 m décapotable à Kuala Lumpur

John Sapporo |  le 16/06/2014  |  ArchitectureParisInternationalEuropeConception réalisation

L’agence d’architecture américaine REX et le bureau d’études anglais ARUP ont imaginé un immeuble de 80 étages autour duquel, chaque matin, vient se glisser une gigantesque capote.

Imaginez : deux tours Montparnasse empilées l’une sur l’autre. Il est sept heures, les premiers rayons du soleil dardent à l’horizon, une voile vient alors se hisser le long de la façade. C’est le spectacle qu’envisagent d’offrir aux Kuala Lumpuriens, l’agence d’architecture américaine Rex et ses partenaires dont le bureau d’études anglais Arup. Et il ne s’agit pas là d’un projet farfelu voué à rester à l’état de maquette 3D mais d’un des cinq projets finalistes d’un appel d’offres international – le nom du commanditaire est à ce jour tenu secret - pour la construction d’une tour de 80 étages de bureaux faisant face aux imposantes tours Petronas.

L’immeuble décapotable proposé par Rex constitue une réponse à une problématique ignorée, jusqu’à présent, par la plupart des maîtres d’œuvres du Sud-Est asiatique : comment construire une tour de verre dans une ville située au niveau de l’Equateur, sans faire exploser les besoins en climatisation ?

A Kuala Lumpur, capitale malaisienne, des brise-soleil sur les façades Sud et Ouest – solutions souvent retenues en Europe - ne suffisent pas à protéger une tour des rayons solaires. A la latitude de l’Equateur, les bâtiments reçoivent des rayonnements directs au Sud comme au Nord et à l’Est comme à l’Ouest (cf schéma ci-dessous)

Trajectoires parcourues par le soleil durant chacune des deux saisons équatoriales
Trajectoires parcourues par le soleil durant chacune des deux saisons équatoriales

Alors pour répondre à cette obligation de protéger toutes les façades de l’immeuble, l’équipe regroupée autour de l’agence REX a tout simplement pensé à emballer le bâtiment dans une gigantesque capote.

La tour décapotable que propose l’agence REX s’inspire de l’univers de la voile
La tour décapotable que propose l’agence REX s’inspire de l’univers de la voile

La capote qui envelopperait le bâtiment serait constituée de 12 voiles hissés le long de câbles tendus entre chacun des trois étages dit "mécaniques" – étages accueillant les équipements nécessaires pour le fonctionnement des ascenseurs et de la ventilation – et les "sky lobbies" – étages desservis par un ascenseur dédié et hébergeant bars, restaurants ou encore salles de conférences - situés douze étages plus haut et douze étages plus bas (voir ci-dessous)

En gris foncé, les sky lobbies et en gris clair étages dits mécaniques
En gris foncé, les sky lobbies et en gris clair étages dits mécaniques

L’agence Rex explique que les "sky lobbies" qui s’avancent de quelques mètres par rapport aux lignes des façades jouent donc le rôle de barres de flèche – dans le jargon des amateurs de voile, il s’agit des tiges perpendiculaires au mat.

Et afin de faciliter le hissage des voiles, ces dernières sont constituées d’un assemblage de pièces de tissu en fibre de verre, d’environ 4 m de long, recouvert d’un polymère thermoplastique dérivé du tétrafluoroéthylène, plus connu sous le nom de PTFE.

La tour, une fois les voiles hissés
La tour, une fois les voiles hissés

Le PTFE et l’ETFE – autre matériau dérivé du tétrafluoroéthylène, chez Arup ils connaissent. Le Centre aquatique national de Pékin (construit pour les Jeux olympiques d’été de 2008), le Munich Arena (accueillant les matches du Bayern), le Sports Hub de Singapour (nouveau temple du sport au toit rétractable qui devrait être livré dans les prochaines semaines)... tous ces projets menés par le bureau d’études anglais sont recouverts d’un de ces deux matériaux.

Mais à Kuala Lumpur, il ne s’agit pas de protéger du soleil les spectateurs d’une compétition de natation, d’un match de foot ou de criquet mais des travailleurs qui souhaitent pouvoir quitter des yeux leurs ordinateurs pour regarder par la façade vitrée la skyline de la ville qui se dessine à l’horizon. C’est pourquoi, le voile de PTFE sera argenté sur la face extérieure de manière à rejeter les rayonnements et noirci sur la face intérieure de manière à offrir une meilleure visibilité vers l’extérieur.

Deux tours jumelles voilées de la tête aux pieds au Moyen-Orient

Et l’agence d’architecture américaine compte bien décliner son concept de façade de bureaux décapotable ailleurs. Pour un media du Moyen-Orient souhaitant pour l’instant rester anonyme – les dishdash,(longue robe blanche) et les keffieh (foulard ) portés par les personnes apparaissant sur les images 3D du projet laissent deviner qu’il s’agit certainement  de la chaine qatarie Al Jazzera ou saoudienne Al Arabiya –, Rex a dessiné deux tours jumelles couvertes de brises soleil rétractables.

Version arabe du concept d’immeuble décapotable de Rex
Version arabe du concept d’immeuble décapotable de Rex

En forme de Mashrabiya de 15 m de diamètre ces derniers peuvent se rétracter afin de venir se loger dans des cavités dessinées dans la façade et ainsi laissés cette dernière entièrement découverte, une fois le soleil couché (cliquez sur l'image pour l'animer).

Pour concevoir son système de brise soleil rétractable, l’agence Rex s’est appuyée sur le bureau d’études allemand spécialisé dans l’ingénierie solaire Transsolar
Pour concevoir son système de brise soleil rétractable, l’agence Rex s’est appuyée sur le bureau d’études allemand spécialisé dans l’ingénierie solaire Transsolar

Ces centaines de parasols translucides recouvrant les façades, en plus de prévenir la surchauffe des bureaux et ainsi limiter le recours à la climatisation, offriront  également de l’ombre au quartier amené à se développer au pied des deux géantes biscottes.

Transformer nos tours de verre en modèles décapotables ?

Après l’Asie et le Moyen-Orient, la prochaine tour de verre décapotable de l’agence Rex sera peut-être européenne. Ce concept de seconde peau pourrait également offrir une solution pour réhabiliter les tours de verres de Paris, Londres ou Francfort, construites à une époque où les maîtres d’œuvres semblaient penser que les rayons du soleil s’arrêtent au contact du verre.

Par exemple, plutôt que détruire la tour Montparnasse – comme beaucoup le souhaitent -  pourquoi ne pas la transformer en modèle décapotable ?  Peu importe si le climat parisien n’est pas des plus ensoleillés, rien que pour le spectacle qu’offrirait le hissage de voiles le long de sa façade, en plein Paris, chaque matin d’été…

LeMoniteur.fr vous emmène à l’autre bout du monde pour découvrir des actions ou solutions techniques innovantes mises en œuvre afin de se prémunir contre les surchauffes estivales. La semaine prochaine, direction le Japon où le gouvernement fait tomber la cravate pour inciter ses compatriotes à changer d’attitude au bureau

Commentaires

Une tour de 400 m décapotable à Kuala Lumpur

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX