En direct

Une tour d’étaiement sécurisée fait ses débuts sur chantier

Gilles Rambaud |  le 25/04/2014  |  BâtimentFrance entièreParisTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Bâtiment
France entière
Paris
Technique
Valider
Prise en main -

Récompensée par un trophée remis en 2013 par la caisse régionale d’assurance-maladie d’Île-de-France pour son apport à la sécurité des travailleurs, la tour d’étaiement Excellence de Haki a fait ses débuts en France. Le chantier « Jussieu est »  une importante opération de rénovation du campus de l’université Pierre-et-Marie-Curie, à Paris  a donné l’occasion aux compagnons de Vinci Construction de tester ce matériel pour la toute première fois. Ils s’en montrent très satisfaits. « C’est rapide et c’est pratique. Il n’y a aucun risque de se tromper », apprécie Nuno Ferrao, coffreur-boiseur chez Vinci. Même satisfaction de la part de son collègue Joao Inacio : « Tout s’emboîte avec logique. » Or c’est précisément le résultat qu’avait visé le fabricant avec ce nouveau produit. « C’est une tour de type MDS », commente Rudolf Lagendijk, président de Haki France. Il fait référence au « montage et démontage en sécurité », un type de conception qui concerne les échafaudages de façade et que le fabricant a décidé de transposer dans une tour d’étaiement. Cela implique deux points principaux. D’abord, il ne doit plus être possible de se retrouver dans une situation dangereuse lors des phases de montage et de démontage. Pour cela, la tour Excellence reprend le même principe que les échafaudages : ce sont les garde-corps qui soutiennent les planchers. Il faut donc obligatoirement poser les protections de l’étage supérieur avant de pouvoir y accéder. Second point important : le verrouillage automatique. Plus de clavettes amovibles mais des systèmes d’embouts et de colliers qui bloquent automatiquement la pièce quand elle est mise en place. Là encore, ce concept importé des échafaudages s’adapte parfaitement à la tour d’étaiement. « On ne risque plus de faire tomber des morceaux lors du levage à la grue », souligne Nuno Ferrao, en montrant du doigt des tours d’ancienne génération où les vérins de pied sont maintenus par un bricolage de fil de fer… Avec l’Excellence, ils sont bloqués par leur propre système d’attache. À ce souci de sécurité, Haki ajoute la recherche de la simplicité. Objectif : réduire au minimum le nombre de pièces. Il n’y en a plus que quatre : un élément de cadre qui fait également office d’échelle, un garde-corps unique (sauf celui qui permet d’entrer dans la tour et ne peut se mettre qu’en bas, sans risque de se tromper) et deux plateaux constituant le plancher. « Finie la quincaillerie ! » apprécient les coffreurs, ainsi que leurs collègues qui ne voient plus traîner des tubes et des colliers partout sur le chantier.

PHOTO - 784542.BR.jpg
PHOTO - 784542.BR.jpg - © Gilles Rambaud

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur