En direct

Une structure en bois pour surélever une école

FRANCOIS SAGOT, LAURENT MIGUET, FRANCK GAUTHIER |  le 29/01/1999  |  ImmobilierTechniqueParisGros œuvreHygiène

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Immobilier
Technique
Paris
Gros œuvre
Hygiène
Bois
Produits et matériels
Travaux publics
Rénovation
Valider

Sommaire du dossier

  1. Construction Le marché du bois reste en croissance malgré la crise
  2. Valenton (Val-de-Marne) Enveloppe en écorce de pin rétifié sur site Seveso
  3. Paris XVIIe Une école relais inspirée des cabanes enfantines
  4. Sandnes (Norvège) Une marquise géante en centre-ville
  5. La fibre de bois, nouvelle trame de la construction verte
  6. Avec Bio 3D, le CO2 est l’ami du bois
  7. Lectures d’architecture
  8. Des règles pour la durabilité des structures
  9. Des traitements du bois moins polluants à l'étude
  10. Des bois exotiques difficiles à maîtriser
  11. Chantier délicat pour des bois exotiques
  12. Des réalisations expérimentales pour valider l'Eurocode 5
  13. Un plancher bois-béton pour une rénovation
  14. Un nouveau mode de calcul pour les structures bois
  15. Des recherches pour améliorer les finitions du bois
  16. Des planchers collaborants bois/béton
  17. Une structure en bois pour surélever une école
  18. Les finitions extérieures du bois
  19. Bois a usage intensif
  20. Contreplaqué au rouge de falun pour un marché à Bobigny
  21. Douglas non traité sur la passerelle de Singen en Allemagne
  22. Bâtiments agricoles suisses à façades d'épicéa brut
  23. Sapin traité à coeur au centre équestre de Tremblay-en-France
  24. Lamellé-collé au goudron dans un café à Helsinki
  25. Charpentes en quête d'expression
  26. Caissons en cèdre et contreplaqué
  27. Dalle en bois massif
  28. Arbres de Guyane et de métropole
  29. Charpente en résille
  30. Tressage de Kerto
  31. Structure aux ondulations douces
  32. Un plissé en pin douglas
  33. Le bois s'émancipe de la forme plane
  34. Filigrane de bois (zoo Korkeasaari, Finlande)
  35. Grille courbe (siège du Land de Rhénanie-Westphalie à Berlin)
  36. Effet de voûte (musée Weald and Downland, Grande-Bretagne)
  37. Bois L’architecture fait le plein d’essences
  38. Auditorium Ecrin de bois pour une acoustique naturelle
  39. Préfabrication Béton et bois pour une construction hybride achevée en six mois
  40. Prototype Un habitat minimum à construction rapide
  41. Bois brut Un cube de mélèze posé sur un socle minéral
  42. Les charpentes courbent leurs profils
  43. Façade Carapace arquée
  44. Mobilier Une coque en panneaux débillardés
  45. Toiture Un entrelacs de poutres cintrées

Les fondations ne sont pas reprises grâce à la légèreté de la nouvelle structure. Préfabriquée en usine, la charpente en lamellé-collé a été mise en oeuvre en une semaine.

Pour la surélévation d'un réfectoire situé dans le groupe scolaire Choisy-Perret, dans le XIIIe arrondissement de la capitale, la ville de Paris a retenu le projet de l'architecte Jean-Baptiste Lacoudre. Spécialisé dans ce type d'opération, ce dernier s'est orienté vers une structure en bois pour plusieurs raisons : « Le choix d'une structure légère a permis de ne pas reprendre les fondations et, ainsi, d'optimiser le coût de l'opération. J'ai préféré une ossature en bois qui reste apparente à une ossature en acier qui aurait dû être protégée contre le feu. Enfin, le bois offre une esthétique agréable pour des salles de classe. »

René Baray, directeur du bureau d'études Scyna 4, va dans le même sens : « Si on avait retenu une structure en béton, les travaux de reprise en sous-oeuvre auraient absorbé une grande partie du coût de l'opération. » L'un comme l'autre des intervenants insiste sur la discussion préalable sans laquelle le choix de cette solution n'aurait pas été possible.

Un bâtiment existant en béton

Le bâtiment existant, de plain-pied, date des années 70. Servant de réfectoire pour les écoliers, il est construit sur un radier à l'aide de panneaux préfabriqués en béton. La structure classique, de type poteaux/poutres, est associée à un plancher en hourdis béton avec dalle de compression.

La surélévation porte le bâtiment à une hauteur de 7 m, et représente une surface supplémentaire de 925 m2 pour des salles de classe. La façade, de type VEC, est formée de châssis en aluminium dotés de doubles vitrages faiblement émissifs et sérigraphiés afin de garantir une certaine intimité. La trame est de 1,80 m.

La structure, de type poteaux/ poutres, est en bois lamellé-collé : épicéa à l'intérieur et iroko à l'extérieur (des poutres en porte- à-faux supportent une passerelle technique). Préfabriquée en usine par l'entreprise Mathis, la mise en oeuvre de la charpente n'a pas excédé une semaine. La trame est de 5,80 m pour une hauteur des poteaux allant de 2,20 à 3 m.

René Baray précise : « Le contreventement est assuré par les noyaux en béton. La charpente est dimensionnée pour une surcharge et un poids mort correspondant à 100 kg/m2. Les poteaux sont articulés en pieds, et leur côte altimétrique est ajustée à l'aide de cales d'acier. »

La couverture en zinc, à joint debout, repose sur un voligeage associé à des panneaux de bois composite et à une isolation. Elle forme une cinquième façade et facilite l'insertion au milieu des tours d'habitation qui enserrent le groupe scolaire. C'est seulement ensuite (le bâtiment est mis hors d'eau et hors d'air), que l'étanchéité du réfectoire a été décapée et la dalle béton grenaillée. En effet, le réfectoire est resté en activité pendant la phase des travaux.

La dalle n'a pas été renforcée grâce à une chape collaborante réalisée à l'aide d'une résine époxy de 5 cm d'épaisseur, armée d'un treillis (la surcharge admissible de la dalle passe de 150 à 400 kg/m2). Des précautions ont toutefois été prises, en phase transitoire, pour assurer l'étanchéité, notamment au droit des poteaux en bois grâce à des relevés d'étanchéité. Le bâtiment est coupe-feu 1 heure et stable au feu 1 heure.

Le montant des travaux s'élève à 7,3 millions de francs HT, dont 6,4 millions pour la construction et 900 000 francs pour la réhabilitation ainsi que la mise aux normes incendie. Le coût de la construction s'élève à 6 900 francs/m2. La durée des travaux est de huit mois.

FICHE TECHNIQUE

Maître d'ouvrage : mairie de Paris

Conducteur d'opération : SLA du XIIIe arrondissement.

Maître d'oeuvre : Jean-Baptiste Lacoudre, architecte. BET : Scyna 4 (structure), BPA (fluides). Economiste de la construction : Michel Ducroux. Entreprise générale : Sachet-Brulet (SAEP). Sous-traitant charpente : Mathis. Bureau de contrôle : Veritas. Coordinateur SPS : GBI.

PHOTO :

1. La structure de type poteaux-poutres est en bois lamellé-collé : épicéa à l'intérieur et iroko à l'extérieur.

2. La façade est de type VEC. Elle est formée de châssis en aluminium avec des vitrages sérigraphiés. Le porte-à-faux des poutres en bois sert à réaliser une passerelle technique.

POUR EN SAVOIR PLUS...

A lire

« Mariage du bois et du verre pour un centre de recherche », « Le Moniteur » du 4 décembre 1998, p. 64.

« Une structure en bois pour un immeuble de bureaux », « Le Moniteur » du 27 novembre 1998, p. 76.

Dossier « Menuiseries », partie bois, « Le Moniteur » du 13 novembre 1998, p. 139.

« Termites : une arme douce », « Le Moniteur » du 28 août 1998, p. 37.

« Environnement : les traitements du bois en question », « Le Moniteur » du 3 juillet 1998, p. 55.

« Un bardage en bois exotique », « Le Moniteur » du 20 mars 1998, p. 97.

Dossier « Bois en structure », « Le moniteur » du 6 février 1998, p. 74 : « Structure mixte bois/métal pour la tour de la Terre », « Des maisons surisolées », « Des poutrelles en bois reconstitué pour une rénovation », « Structure autostable pour une dent creuse », fiche pratique « Comment lutter contre les termites ».

« Structures en bois aux états limites » (Deux tomes : 1. Introduction à l'Eurocode 5 : matériaux et bases de calculs ; 2. Introduction à l'Eurocode 5 : calculs de structure), Step/Eyrolles, 1996-1997.

« Choisir la bonne essence de bois en fonction des besoins », « les Cahiers techniques du bâtiment » de décembre 1998 (no 194), p. 52.

Rencontres

Journées de la construction bois, les 5 et 6 février 1999, à Epinal. Renseignements : ENSTIB/Critt Bois JCBE 99, tél. : 03.29.81.11.50 ; fax : 03.29.34.09.76.

Salon Eurobois (machine à bois et matériau bois) avec un espace technologique bois/construction, les 3 et 6 mars 1999, à Eurexpo-Lyon. Renseignements : Jean-Michel Pauget, CNDB, tél. : 04.78.37.09.66.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur