En direct

Une sculpture habitée qui s’entortille

ISABELLE DUFFAURE-GALLAIS |  le 06/11/2012  |  LoiretCultureEuropeProfessionArchitecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Loiret
Culture
Europe
Profession
Architecture
Valider
Ouvrage d’art à Londres -

Sculpture ou architecture ? Le plasticien Anish Kapoor, auteur de la tour ArcelorMittal Orbit du parc olympique de Londres, hésite. Associé à l’ingénieur architecte Cecil Balmond, il a imaginé pour ce signal haut de 115 m une structure tubulaire continue de près de 600 m de long enroulée en boucles et touchant le sol en trois points. Cette structure de diamètre variable est composée d’un treillis de tubes d’acier de 500 mm de diamètre moyen, assemblés par 35 000 boulons, sur la base d’une maille triangulaire ou quadrangulaire selon les efforts à transmettre. Le fût central de la tour abrite deux ascenseurs d’une capacité de 21 personnes desservant deux plates-formes d’observation de 300 m² posées l’une sur l’autre au-dessus du vide, à 80 m de haut. Ce cône déformé qui constitue la base structurelle de l’édifice est composé d’anneaux superposés, réalisés eux-mêmes à partir de huit nœuds en forme d’étoiles à six branches.

Puzzle rutilant

C’est autour de cette base que s’enroule le réseau de boucles qui enveloppe la tour et supporte les plates-formes. Pour dimensionner une structure stable, capable d’absorber les pressions du vent, l’ingénieriste Arup a utilisé des logiciels de conception 3D. « De tels calculs auraient été impossibles il y a dix ans, en tout cas dans ces délais », estime Pierre Engel, chef de projet pour ArcelorMittal. Afin de réduire les effets dynamiques dus au vent et d’atténuer les vibrations dans la structure, les ingénieurs ont préconisé l’installation dans le tube vertical d’un amortisseur de masse accordé dont le balancier pèse 40 tonnes, un dispositif qui permet également de réduire la quantité d’acier utilisé. Ce puzzle rutilant de 2 200 tonnes a été assemblé et monté en dix-huit mois par cinq charpentiers de l’entreprise britannique Watson Steel Structures, assistés d’un géomètre.

PHOTO - 673617.BR.jpg
PHOTO - 673617.BR.jpg - © Pierre engel
PHOTO - 672167.BR.jpg
PHOTO - 672167.BR.jpg - © ArcelorMittal
Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : London Development Agency. Maîtrise d’œuvre : Anish Kapoor, artiste plasticien. Cecil Balmond, ingénieur architecte. Arup, ingénierie. Entreprise : Watson Steel Structures. Coût : 28 millions d’euros TTC (dont 24 millions financés par ArcelorMittal).

Cet article fait partie du dossier

ACIER

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

Date de parution : 06/2019

Voir

Dictionnaire de la maîtrise d’ouvrage publique et privée

Dictionnaire de la maîtrise d’ouvrage publique et privée

Date de parution : 06/2019

Voir

Initiation à la construction parasismique

Initiation à la construction parasismique

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur