En direct

Une résille de bois coiffe un espace dédié au chanvre

- Isabelle Duffaure-Gallais |  le 17/05/2013  |  ImmobilierTechniqueIlle-et-VilaineFrance entièreHygiène

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Immobilier
Technique
Ille-et-Vilaine
France entière
Hygiène
Bois
Produits et matériels
Second œuvre
Veille juridique
Toiture
Valider
Charpente -

Le centre d’exposition Eco-chanvre du pays de Châteaugiron (Ille-et-Vilaine) opte pour une toiture en résille de bois réalisée en caissons préfabriqués à partir de panneaux de lamibois.

Pour renouer avec son histoire marquée par la culture et le travail du chanvre aux XVII e et XVIII e siècles, la communauté de communes du pays de Châteaugiron (Ille-et-Vilaine) a créé un écopôle destiné à valoriser cette ressource. Situé sur la commune de Noyal-sur-Vilaine, il verra à la fin 2013 la livraison de l’espace Eco-chanvre qui abritera un centre de découverte de cette plante aux multiples usages et une salle de réception de 400 places.

L’agence SOA Architectes, associée à Egis Bâtiment Centre-Ouest, a logé les différents espaces sur un seul niveau dans une boîte de verre et de béton de chanvre. Cette dernière est recouverte d’une charpente résille en bois qui fait référence au tissage du chanvre.
La résille comporte des poutres porteuses, posées en diagonale sur les murs en béton armé ou en ossature bois, et des entretoises non structurelles pour former les losanges. Si les poutres ont des portées variables, allant jusqu’à 16 m, elles ont pour des raisons esthétiques toutes la même hauteur (400 mm) et la même largeur (75 mm). Cette double poutraison est recouverte d’un panneau de 27 mm servant de contreventement et de table de compression pour les membrures de la résille auxquelles il est fixé.
Pour concevoir cette charpente, qui présente un porte-à-faux de 2,50 m formant un auvent et travaille en traction comme en compression, l’équipe de maîtrise d’œuvre a recherché un matériau aux bonnes performances mécaniques. Son choix s’est porté sur du lamibois Kerto fourni par MetsäWood, un panneau formé de placages d’épicéa de 3 mm d’épaisseur obtenus par déroulage et collés à chaud sous pression. Les membrures sont réalisées en Kerto-S, dont tous les placages sont orientés dans le même sens, tandis que la table de compression est en Kerto-Q, présentant 20 % de plis croisés à 90° pour une plus grande stabilité dimensionnelle.
Le bureau d’études structure d’Egis Bâtiment Centre-Ouest a mené les calculs des poutres de résille en considérant une section en T, profitant de l’inertie apportée par le panneau posé à plat et liaisonné par des vis de couturage.

Surtoiture support d’étanchéité

L’entreprise Cruard Charpente a préfabriqué la charpente sous forme d’une soixantaine de caissons de différentes dimensions, livrés en quatorze transports et assemblés dans la journée à l’aide d’un camion-grue et d’une nacelle. « La mise en œuvre de la résille n’aura ainsi demandé que trois semaines, après quatre semaines de fabrication en atelier », résume Cyril Quenouault, chargé d’affaires de l’entreprise.
Une surtoiture en bois, constituée de chevrons de hauteur variable et d’un panneau OSB permettant de créer les pentes de couverture, supporte l’isolation thermique et l’étanchéité. Elle crée ainsi un plénum où viennent se loger les différents réseaux.

PHOTO - 718320.BR.jpg
PHOTO - 718320.BR.jpg - © Cruard Charpente
PHOTO - 718321.BR.jpg
PHOTO - 718321.BR.jpg - © SOA
PHOTO - 718322.BR.jpg
PHOTO - 718322.BR.jpg - © CCPC
PHOTO - 718319.BR.jpg
PHOTO - 718319.BR.jpg - © Cruard Charpente
Préfabrication - 60 caissons réalisés en 4 semaines

L’entreprise Cruard Charpente a choisi de préfabriquer la résille de bois en atelier, pour plus de sécurité et de qualité de finition. Des études poussées en amont ont été nécessaires pour intégrer tous les détails des différents corps d’état.

Les caissons de 2,24 m de largeur sont constitués de membrures de 75 mm d’épaisseur dans le sens de la portée, reliées par des entretoises non structurelles de même épaisseur pour former des losanges. Un gabarit a été dessiné au sol pour respecter la position des membrures et l’angle des entretoises. Chaque caisson comporte deux rangées de losanges. Pour assurer une continuité visuelle de la résille en place, les deux membrures des bords longitudinaux ont une épaisseur de 39 mm. Ainsi, une fois les modules liaisonnés, l’épaisseur des membrures apparaît identique.
Les panneaux de lamibois Kerto livrés par MetsäWood ont été découpés par un outil à commande numérique avant d’être assemblés. Les soixante caissons ont été fabriqués en quatre semaines.

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : communauté de communes du pays de Châteaugiron et Ville de Noyal-sur-Vilaine. Maîtrise d’œuvre : SOA Architectes. Bureau d’études TCE & HQE : Egis Bâtiments Centre-Ouest. Entreprise de charpente : Cruard Charpente. Coût de l’opération : 3,6 millions d’euros HT. Livraison : fin 2013.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur