Energie

Une résidence passive chauffée à l’électricité

Mots clés : Electricité

Dans la ZAC du Vallon des Garettes, à Orvault (Loire-Atlantique) près de Nantes, Bouygues Immobilier construit « Osmoz », un programme de 41 logements collectifs et trois maisons individuelles groupées Haute Qualité Environnementale (HQE) et qui a comme contrainte le respect de la RT2012. Pari relevé selon Alain Le Maistre, délégué régional d’EDF.

Pour beaucoup, l’arrivée de la RT 2012 a signé la mort du chauffage électrique. De fait, entre 2008 et 2013, la part de l’électricité dans les constructions neuves est passée de 70 à 20 % ! « La méthode de calcul nous a pénalisés, mais je dois reconnaître que ça nous a stimulés pour trouver des solutions », déclare Alain Le Maistre, délégué régional d’EDF.

 

Label Passivhaus

 

Une belle illustration de ces solutions est en train de prendre forme dans la ZAC du Vallon des Garettes. Bouygues Immobilier y construit « Osmoz », un programme de 41 logements collectifs (en trois bâtiments R + 2) et trois maisons individuelles groupées, conçu par l’agence d’architecture nantaise Guinée*Potin. Lancés en corps d’état séparés, les travaux ont débuté en mars pour une livraison au 4e trimestre 2015. L’entreprise Baron (Maine-et-Loire) y réalise actuellement le gros œuvre. Récompensée par le prix EDF aux dernières Pyramides d’argent, cette opération RT 2012 vise le label Passivhaus et fait l’objet d’une convention entre le promoteur et l’énergéticien, qui étudie la possibilité de dupliquer le modèle dans huit autres régions. « Elle est la preuve que l’électricité peut retrouver sa place dans le logement », insiste Alain Le Maistre.
« Nous avons travaillé sur un bon équilibre entre le bâti et les équipements pour rester dans les prix du marché », indique de son côté Frédéric Boisset, directeur régional de Bouygues Immobilier, qui précise que « le passif a été porteur » et que « l’opération est quasi commercialisée ». Le principe architectural repose sur des bâtiments mixtes béton-bois, compacts, bien orientés et dont les logements sont distribués par des coursives extérieures. « Le site est idéal avec un terrain en pente douce pour implanter les façades avec balcons au sud, vers le vallon, tandis que les circulations se font au nord, par les coursives », décrit l’architecte Hervé Potin.

Comme les balcons, ces coursives reposent sur une structure bois différente de la structure principale en béton des logements afin d’éviter les ponts thermiques. Autre avantage : elles généralisent les logements traversants, « une condition essentielle pour une ventilation naturelle efficace ». Au pied des logements collectifs, les trois maisons en bande sont intégrées dans la pente de manière à augmenter leur qualité thermique et se fondent dans le paysage avec leurs toitures végétalisées. Car, pour cette opération, Bouygues Immobilier a aussi misé sur l’intégration environnementale. Le volet « paysage » a été confié à l’agence Zéphyr (Nantes) qui a imaginé un belvédère pouvant se transformer en aire de jeux et des jardins potagers privatifs et partagés. Toutes ces qualités font que, outre la RT 2012 et le label Passivhaus, cette opération sera aussi certifiée NF logement – démarche HQE.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X