Chantiers

Une rénovation patrimoniale d’envergure à Paris pour le menuisier industriel Lorillard

Mots clés : Fenêtre

Lorillard a rénové sur mesure les 800 fenêtres d’un immeuble haussmannien de prestige à Paris. Une opération très technique qui a nécessité  près de 24 mois de travail.

A Paris, rue de Courcelles, Foncia vient de livrer une rénovation de prestige sur un immeuble haussmannien de 40 logements locatifs. L’entreprise Lorillard, en charge du lot menuiseries extérieures, a répondu aux deux exigences du chantier : la technicité en matières thermique, acoustique, protection au feu, conjuguée à l’esthétique haut de gamme de ce bâtiment patrimonial.

Un chantier rêvé pour ce spécialiste de la menuiserie industrielle hautes performances sur mesure, avec 800 fenêtres à remplacer dans toutes les configurations possibles, fenêtre, porte-fenêtre, à 1 ou plusieurs vantaux, droite, bombée, cintrée, en plein cintre, en anse de panier ou à la fois bombée et cintrée. Le chantier s’est déroulé en quatre phases : les relevés et prises de gabarits sur place, la réalisation des plans, la fabrication et la pose finale.

 

La gamme Prestige

Au total, 800 châssis bois prépeints et lasurés en bicoloration ont été fabriqués dans les ateliers Lorillard à Chartres, dont 660 menuiseries de la gamme Prestige en chêne massif 3 plis, parcloses à doucine et battement à mouton et gueule de loup. Certaines ont été livrées en deux parties en raison de leurs grandes dimensions, pour renforcer leur inertie. Dotées d’une isolation phonique accrue en façade sur rue (35 dB) et d’une isolation thermique Uw de 1,5 W/m².K définie après étude, elles atteignent un facteur solaire de 0,36. Leur double vitrage de 24 à 35 mm d’épaisseur est certifié Cekal. L’étanchéité de la gamme est assurée par un joint silicone translucide, des deux côtés de la menuiserie et un joint central périphérique posé en rainure. Un cadre ouvrant assemblé à double enfourchement et collage garantit leur longévité.

 

Une rénovation dans les règles de l’art

Sur ce chantier, la récupération des vitraux d’époque sur certains châssis neufs était inscrite au cahier des charges. Ils ont été posés sur les pare-flammes côté intérieur dans les cages d’escalier. L’expertise des équipes Lorillard a permis de procéder également à la restauration complète des crémones en laiton et en bronze existantes, qui n’était pas prévue à l’origine. Chaque logement (20 fenêtres en moyenne) et cage d’escalier a nécessité au moins 1 semaine de travail en phase de pose. Quatre à cinq hommes se sont relayés en permanence sur le chantier, s’adaptant aux travaux en toiture et au ravalement conduits par l’entreprise Coulon.

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Vous êtes intéressé par le thème Chantiers ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X