En direct

Une prouesse technique qui atteint des sommets

JULIE NICOLAS |  le 27/10/2017  |  ArchitectureRéalisationsTechniqueBâtimentParis

Grand prix de l'ingénierie -

Setec et RPBW sont distingués pour le tribunal de Paris, un concentré high-tech haut de 160 m.

Et les lauréats de la onzième édition du Grand prix national de l'ingénierie sont : Setec et Renzo Piano Building Workshop (RPBW) pour le tribunal de Paris, dans le XVIIe arrondissement. Ce prix, décerné par Syntec-Ingénierie, le ministère de l'Economie, celui de la Transition écologique, en association avec « Le Moniteur », récompense chaque année un projet remarquable dans le domaine de la construction ou de l'industrie. Véritable prouesse architecturale et technique, le tribunal, qui atteint 160 m de haut, est construit par Bouygues Bâtiment Ile-de-France dans le cadre d'un partenariat public-privé (PPP) d'une durée de vingt-sept ans.

Trois tours avec leur noyau propre. « Son originalité réside dans ses trois parties horizontales qui correspondent en réalité à trois tours avec leur noyau propre, reliées entre elles par des clés de cisaillement », résume Jean-Bernard Datry, directeur de Setec tpi. Les charges de chaque bloc de 10 étages chacun sont reprises par un plancher transfert afin de créer des espaces végétalisés dépourvus de poteau. « Nous avons utilisé les techniques du génie civil ici, puisque les planchers transferts en béton sont précontraints par post-tension. Cela crée des porte-à-faux de 7,5 m de long et concentre la charge sur les noyaux », détaille Audrey Zonco, ingénieure structure chez Setec tpi.

Parmi les défis, ingénieurs et architectes devaient réunir sur un seul et même site le tribunal de grande instance, les 20 tribunaux d'instance de Paris et le tribunal de police, soit 90 salles d'audience à créer au total et des cellules pour 205 prévenus rassemblées dans « le Bastion », un bâtiment adjacent, relié au tribunal.

Le ministère de la Justice, maître d'ouvrage, imposait des panneaux photovoltaïques et une production de 175 MWh par an sur la durée du PPP. « Nous avons choisi de les intégrer en façade, où ils participent à l'identité de l'édifice », explique Bernard Plattner, architecte, directeur et associé chez RPBW. Or, le potentiel calorifique pour un immeuble de grande hauteur (IGH) est limité à 80 MJ/m² de façade pour des questions de sécurité incendie. « Cet impératif nous a conduits à réaliser un calcul détaillé du potentiel calorifique de la façade et à adapter le choix des matériaux pour respecter le seuil autorisé », poursuit l'architecte. Autre point important, ces panneaux sont détachés de la façade afin de pouvoir être nettoyés et remplacés facilement.

Valorisation des transferts de chaleur. Côté climatisation, le bâtiment aura toujours besoin de froid, même en hiver. La production d'eau glacée est donc assurée par des groupes frigorifiques à hauteur de 10,5 MW. Les besoins de l'édifice, estimés à 7 MW, seront donc largement couverts. Côté chauffage, une thermo frigopompe a été mise en place afin de récupérer les calories des locaux process (serveurs informatiques, etc. ). « La stratégie énergétique consiste à valoriser au maximum le transfert de chaleur à partir de ces locaux afin de couvrir la majorité des besoins du bâtiment », estime Martial Gajdosik, responsable de pôle chauffage, ventilation, climatisation et désenfumage (CVCD) chez Setec Bâtiment.

Le travail des ingénieurs est également visible dans la gestion du traitement de l'air des salles d'audience. « Il s'agissait d'installer autant de centrales de traitement d'air que de salles d'audience pour des raisons de continuité de service », poursuit Martial Gajdosik. La solution a consisté à tout concentrer en deux usines de ventilation de part et d'autre du socle de l'édifice. Plus faciles à entretenir, ces dernières, d'une capacité totale de 400 000 m3 /h, ont été réalisées sur mesure et occupent trois niveaux de sous-sol. « Pour réaliser le renouvellement d'air de l'ensemble des salles d'audience, deux étages auraient suffi, précise Martial Gajdosik. Mais pour assurer le bon fonctionnement du bâtiment 24 heures sur 24 toute l'année, même en cas de panne, nous avons été au-delà. » Le gros œuvre de l'édifice a été achevé en juillet dernier. La première audience est prévue pour avril 2018.

PHOTO - 9632_607973_k2_k1_1471263.jpg
PHOTO - 9632_607973_k2_k1_1471263.jpg
PHOTO - 9632_607973_k4_k1_1471266.jpg
PHOTO - 9632_607973_k4_k1_1471266.jpg
PHOTO - 9632_607973_k5_k1_1471269.jpg
PHOTO - 9632_607973_k5_k1_1471269.jpg

Commentaires

Une prouesse technique qui atteint des sommets

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Livre

Prix : 83.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Décrypter les finances publiques locales

Décrypter les finances publiques locales

Livre

Prix : 59.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur