« Une perspective à long terme, pour financer une offre abordable », Amal del Monaco, Global Head of Living chez Axa Investment Managers (IM) Real Assets.
Amal del Monaco, Global Head of Living chez Axa Investment Managers (IM) Real Assets. - © ALESSANDRO SIL VESTRI / LE MONITEUR
Interview

« Une perspective à long terme, pour financer une offre abordable », Amal del Monaco, Global Head of Living chez Axa Investment Managers (IM) Real Assets.

le 30/04/2021  |  France Foncière

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Logement
France
Foncière
Valider
Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement lemoniteur.fr - édition Abonné

Après avoir noué un partenariat avec In'li, être entré au capital de REI Habitat et avoir racheté Kley, Axa pèse 26 Mds € dans le résidentiel. Et continue à se renforcer.

 

Vous êtes Global Head of Living chez Axa IM Real Assets. Qu'est-ce que le « living » ?

Ce terme englobe ce qui pourrait être le parcours d'un locataire. Il regroupe tous les logements, de la résidence d'étudiants à la résidence seniors - ou même l'Ehpad -, en passant bien sûr par l'appartement traditionnel. Les investissements d'Axa IM Real Assets dans les secteurs résidentiels représentent 26 Mds € au niveau mondial, dont environ 97 % en Europe. Sur ce montant, 20 Mds € concernent du résidentiel classique.

Quels sont vos objectifs ?

Ma feuille de route consiste à développer l'ensemble des segments du « living » et à augmenter de manière significative notre empreinte dans ce secteur. Nous sommes le leader en Europe, notre ambition est maintenant de compter parmi les leaders au niveau mondial. Cela passera par la progression de ces segments aux Etats-Unis et en Asie.

Quelle place occupe la France dans les portefeuilles gérés par Axa IM Real Assets ?

Elle est, juste après la Suisse, le contributeur principal avec 7 milliards d'euros d'actifs sous gestion en résidentiel classique. Elle est par ailleurs le plus gros contributeur sur le « living » au sens large.

En janvier, vous avez créé une foncière commune avec In'li, dans laquelle 2 Mds € sont investis pour développer en dix ans 15 000 logements intermédiaires en Ile-de-France. Cela marque-t-il un virage stratégique ?

Depuis plus de cinq ans, nous sommes présents sur le résidentiel de manière très active. Concrètement, cela s'illustre au travers de nos investissements réalisés aussi bien dans les pays nordiques - où nous sommes un des acteurs majeurs depuis 2016 - qu'en Espagne - où nous avons commencé à investir dans des portefeuilles de taille très significative depuis 2017 - ou encore en Irlande depuis 2018. En Allemagne, nous avons continué de développer le patrimoine existant.

En France, nous nous sommes positionnés sur l'ensemble des quelques portefeuilles proposés sur le logement - libre ou intermédiaire - qui correspondaient à nos objectifs. Le partenariat avec In'li s'inscrit pleinement dans le cœur de notre stratégie sur le logement en France.

[...]

Cet article est réservé aux abonnés, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil